Nos plus belles routes au Mexique.

Si en général nous avons aimé la très grande partie des routes de notre périple au Mexique, il faut bien dire qu’il y en a de plus belles que d’autres. Alors voilà une petite carte pour identifier nos coups de coeur. Les routes en vert sont donc nos préférées. Quand on parle de route, on parle de beaux paysages, souvent montagneux et de peu de circulation. Ça ne veut pas dire que les autres sont laides mais elles ne font pas partie de nos préférés. Les pires, si on peut dire, serait celles après Palenque vers Cancun. Aucune vue, plat et trrrès chaud sur la route. Par contre il y a de jolie villes et sites.

Sur la carte vous pouvez cliquer sur le trajet pour avoir la distance et le dénivelé positif de la section.

Notre « top préférée » serait la 40 libre de Mazatlan à Durango en 5 jours sur 330 Km et 6073 mètres de dénivelé positif avec 30heures en selle. Il y a une journée ou nous n’avons fait que 35,5 Km à 7,2 Km/h de moyenne et 5 heures de vélo. Ça monte ! Nous conseillons fortement d’être en autonomie complète. Il faut camper et se faire à manger. Porter beaucoup d’eau même si il y des ravitaillements, soyez prudent. Peu d’auto, nous étions seul sur la route avec nos souffrances et les vues ! À Mazatlan nous sommes en bord de mer, la plage, le malecon, les Mexicains en vacances. À Durango, c’est le Nord, le froid, les montagnes, le Mexique plus rude mais festif avec sa rue piétonne. Nous y étions pour le jour de l’an 2019.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Route 40 libre

En deuxième vient la 15 entre Morelia et Zitacuaro avec en prime le site des papillons à Angangueo. À voir sans faute si vous y êtes aux bonnes dates. Camping autonome souhaitable mais non obligé. Il y a de l’hébergement. Quatre belles journées de vélo. Il vaut la peine de séjourner au moins deux nuits à Morelia et à Zitacuaro bien quelles soient très différentes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Couché de soleil à 3045 mètres. Vue imprenable!                                                                      Camping sauvage idéal entre Morelia et Cd Hidalgo

En troisième place vient la fameuse route 199 de San Cristobal à Palenque en incluant la route 190 de Chiapa del Corzo à San Cristobal. Luxuriante route, la 199 est moins difficile que la première. Nous vous recommandons de bien vérifier auprès des locaux si elle est sécuritaire. A vous de décider. Si vous vous y aventurer nous suggérons d’éviter la fin de semaine et de rouler tôt le matin. Surtout gardez le sourire ! Il y a de l’hébergement, nul besoin de camper le long de la 199. Quatre ou cinq belles journées de vélo. Attention, de Chiapa del Corso à San Cristobal (la 190) il y a plus de 2100 mètres de dénivelé positif !Possiblement deux jours au lieu de un et camping sauvage. Prenez une journée de repos à Chiapa del Corso pour voir le canyon et séjournez quelques jours à San Cristobal, elle est si jolie ! Le site Maya de Palenque serait, lui, notre préféré. Sans oublier les cascades d’Agua Azul ou de Misol Ha en chemin ou vous pouvez y dormir.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur la 199, les belles montagnes vertes.

C’est au Chiapas que nous avons rencontré le plus d’ethnies.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Broderie en bord de route 199 et vente de végétaux.

Le Mexique est grand et sauf la péninsule du Yucatan, rien n’y est plat. Pas même Baja California et la route des cactus. Une route unique et relativement facile.

Matériel testé au Chili-Argentine

Lors de nos escapades nous aimons testé du nouveau matériel. En voici quelques un.

Nos nouveaux matelas de sol THERM-A-REST neoair trekker.

IMGP1974

Comme nous avons campé la plupart du temps nous avions besoin de nouveaux matelas de sol confortable pour nos vieilles hanches. Test concluant, confortable dans divers situations de sol et très isolant. Par contre comme ils ne sont pas auto gonflant il faut prévoir une vingtaine d’expirations pour bien les emplir d’air. Léger et compact, les deux matelas ne prennent que l’équivalent d’un therm-a-rest régulier. Par contre pour dormir bien coller, car ils sont glissant, nous avons donc apportés des bandes élastiques d’exercices pour les attacher ensemble. Nous les avons même utilisé pour faire nos chaises.

Conclusion: très satisfait.

 

La crème pour nos fesses, CHAMOIS BUTT’R.

IMG_1192

Qui d’entre-vous n’ont pas eu une petite irritation au fessier lors d’une belle et longue sortie de vélo. Et bien pour nous cela fût une belle découverte, pas un seul petit bobo sur nos fesses lors de ce voyage. Nous en avons mit seulement lors des journées très chaudes ou très pluvieuses. Je ne vous cache pas qu’en cyclotouriste nous ne lavons pas notre cuissard tout les jours mais je vais me garder une petite gène sur le nombre de jours avec le même cuissard. Cette petite crème protège nos fesses sans rendre le cuissard graisseux ou désagréable.

Conclusion: étonnamment satisfait.

 

Les repas déshydratés HAPPY YAK

IMGP2715

Pour ce voyage nous savions que nous ferions une section en haute altitude. Nous avions apporté cinq sachets de repas déshydratés au cas ou. Et bien à 4500 mètres les crevettes au cari et riz nous ont bien sustenté. Léger, ne requière que de l’eau et un peu de cuisson. Bon au goût, nous avons bien dormis.

Conclusion: Mmm

 

Sandale de vélo avec clip de KEEN.

Cela fait longtemps que nous voulions les essayer. Bon ce n’est pas des chaussures de compétition mais elles sont confortables. Genre que nous pouvons passé la journée avec sans avoir hâte de les enlever. Nous pouvions marcher avec en les oubliant.Pieds nus ou avec des bas, rien n’y parait. On peut aussi porter des bas imperméable ou des couvres chaussures en néoprène en cas de pluie froide.

Conclusion: très confortable et utile.

IMG_1193

 

 

Bas GORETEX de Gore bike wear

Comme nous savions que nous aurions un peu froid aux pieds nous avons apportés des bas goretex pour mettre dans nos sandales lors des journées pluvieuses et froides, mais pas « fret ».  Il faut choisir une grandeur assez grande pour mettre une paire de bas mince mais pas trop serrer pour permettre une bonne circulation sanguine. Pour moi tout était bien mais pour Robert sa paire de bas était un peu trop petite ce qui a occasionné un inconfort pour la chaleur. Par contre nos pieds sont resté bien au sec et bien au chaud pour moi lors des journées très pluvieuses et froides.

Conclusion: Imperméable et chaud. Attention de bien choisir la grandeur. Faire essaie en magasin.

 

 

 

 

 

Retour au bercail

Le confort Nord-Américain et le retour dans nos « affaires »est toujours apprécié.

IMG_1175

Revoir la famille, (c’était notre première longue absence depuis que nous avons trois petits enfants), devenait pressante. Ils grandissent si vite entre 0 et 3 ans ! Ce fut donc un grand plaisir de les revoir, de les prendre et de jouer avec eux. Le retour au travail se fait en douceur et nous reprenons une certaine routine. Josée a reprit la course à pied et Robert la nage en plus du vélo stationnaire, question de garder les acquis. Le goût de retourner au travail et de relever de nouveaux défis est bien présent. Nous sommes stimulé. Seul le froid et notre climat bizarre nous donne un peu de courbature. Vivement que la vraie chaleur arrive !

Oui, nous avons fait un très beau voyage. La forme est bonne, nous y avons laissé 6 à 7 livres de gras en chemin. La hanche artificielle c’est porté à merveille et notre santé globale est très bonne. Rien de bien croustillant à écrire et c’est tant mieux.

Avoir des projets, des idées et des rêves sont tout aussi essentielle au retour que pour préparer un départ. Rien de mieux qu’un nouveau défi pour éviter le blues du retour.

Bon été.

Dream – Plan – Do ,                    Rêve – Planifie – Agit