Mise à jour hivernal

Un hiver complet au Québec , hiver 2017-18 qui n’en fini plus de finir d’ailleurs ! Une belle nouvelle neige au sol, tombée ce matin recouvre celle qui peine a fondre en ce 7 Avril où tout bon québécois peste contre la météo. Un sport national, il faut bien le reconnaître. C’est donc avec impatience que nous anticipons l’automne et notre prochaine escapade. Le Mexique et la Nouvelle Zélande sont toujours au coude à coude pour nous séduire. À suivre, il faudra bien se décider bientôt et acheter nos billets d’avion ! Entre temps nous vous invitons à jeter un oeil sur notre mise à niveau. Josée a travaillé beaucoup à reproduire des cartes de nos parcours des dernières années. Cela lui aura permit de revivre nos voyages à travers nos notes, photos et cartes papier. Même celle de 1984. Comme vous pouvez voir nous avons déjà été jeunes ! J’en ai profité pour rafraichir le site au sujet de l’équipement et des photos. De nouveaux résumés photos de la Birmanie et de la Thaïlande sur un nouveau lien google. Un nouvel équipement photo en main ainsi que quelques formations en photographie devrait aussi améliorer nos prochains reportages.

L’hiver 2017-18 au Québec

Puisque nous avons eu la chance de passer les deux derniers hivers au chaud, soit au Chili/Argentine pour 2015-16 puis en Birmanie/ Thaïlande pour 2016-17. Nous prenons une pause pour mieux préparer la suite et « profiter » de l’hiver Québécois! Profiter aussi pour passer plus de temps avec les enfants et petits enfants. Du coté destinations, le Mexique a une longueur d’avance sur la Nouvelle Zélande vu les coûts du transport aérien mais rien n’est joué. Voici une carte possible au Mexique tracé par google et une de la Nouvelles Zélande. Les commentaires sont les bienvenus.  Entre temps nous procédons à plusieurs mises à jour au niveau des cartes de nos parcours, des photos et des onglets concernant l’équipement.

Retour au bercail

Le confort Nord-Américain et le retour dans nos « affaires »est toujours apprécié.

IMG_1175

Revoir la famille, (c’était notre première longue absence depuis que nous avons trois petits enfants), devenait pressante. Ils grandissent si vite entre 0 et 3 ans ! Ce fut donc un grand plaisir de les revoir, de les prendre et de jouer avec eux. Le retour au travail se fait en douceur et nous reprenons une certaine routine. Josée a reprit la course à pied et Robert la nage en plus du vélo stationnaire, question de garder les acquis. Le goût de retourner au travail et de relever de nouveaux défis est bien présent. Nous sommes stimulé. Seul le froid et notre climat bizarre nous donne un peu de courbature. Vivement que la vraie chaleur arrive !

Oui, nous avons fait un très beau voyage. La forme est bonne, nous y avons laissé 6 à 7 livres de gras en chemin. La hanche artificielle c’est porté à merveille et notre santé globale est très bonne. Rien de bien croustillant à écrire et c’est tant mieux.

Avoir des projets, des idées et des rêves sont tout aussi essentielle au retour que pour préparer un départ. Rien de mieux qu’un nouveau défi pour éviter le blues du retour.

Bon été.

Dream – Plan – Do ,                    Rêve – Planifie – Agit

Un peu de chance avec ça?

Parler un peu d’Espagnol, être débrouillard et avoir aussi un peu de chance. Voilà le résumé de 24 heures intenses.

Nous sommes à San Martin de Los Andes et nous devons prendre le bus pour Mendoza. Il est 9 heure du matin. Hum c’est toujours une aventure en soit. Trouver deux boites de vélo vides lors de notre arrivée au terminus d’autobus, ça c’est de la chance.

Faire le tour de toutes les agences de bus et en trouver une qui accepte les vélos et le tandem, ça c’est de la débrouillardise.

Lors du transfert d’autobus en pleine nuit se faire dire par le nouveau chauffeur que le vélo n’est pas autorisé. Discuter (espagnol) et argumenter avec photos à l’appuis et 200$ pesos en plus. Le tandem embarque. Ça c’est de la débrouillardise et de la chance et $.

Après 20h d’autobus, arrivé à Mendoza. Ce faire voler notre sacoche guidon contenent nos passeports, l’appareil photo, carte de crédit mais réussir à récupérer la sacoche, rattrapper et immobiliser le voleur, le faire coffrer. Comment appeler vous ça?

image

La bête est dans le bus

image

Le voleur immobilisé et un peu battu

image

Josée et la police, après la déclaration pour coffrer le voyou.

 

 

 

Dans la catégorie, c’est la fois ou …

imageC’est la fois ou Robert c’est trompé entre le tube de colle et le baume à lèvre ! Ça colle les babines!

C’est la fois ou Josée a oublié le frein à main pendant que nous roulions plusieurs km en monté et faux plat ! Ha la la !

C’est la fois ou Robert c’est encore trompé entre le tube de pate à dent et l’antiflogistine. Ça n’a pas le même goût!

Journée de pluie, journée de repos

Depuis cette nuit, c’est le déluge en Patagonie. Heureusement au camping la Sirenas une cuisine est à notre disposition avec un poêle à bois qui aura pris deux heures a chauffer et internet !

 Si le confort est minimale, c’est quand même mieux que sous la pluie! Nous planifions donc l’itinéraire qui doit composer avec la route en construction qui ferme de 13 à 17h tout les jours. Nos deux premières journées sur la carretera furent ensoleillées et magnifiques. Même si les deux autres furent sous les nuages et avec de légères averses la route en vaut la peine. Il ne nous reste que 60 km de route de gravier en construction avant de rejoindre une grande section pavé de 150 km. Bientôt la carretera Austral sera complètement pavé de Chaiten à Coyhaique.
 Puisqu’hier nous n’avions que 45 km de route pas trop difficile et surtout sans construction, nous nous sommes permit une petite randonnée.
 Plusieurs parcs en Patagonie sont de propriétés privé. Des philantropes tel les anciens PDG et fondateur des compagnies Patagonia et North Face, ce couple a investi pour protéger 2 millions d’acres.
 La petite bourgade de Puyuhuapi (toujours difficile a prononcer) fut fondée par des Allemands en 1935. Village agricole et de tissage de tapis. De nos jours, le tourisme fait vivre la majorité des gens. Le coût des campings a presque doublé en un an et est identique d’un camping à l’autre.
 La route comme ci-haut, n’est pas en construction et se roule très bien en tandem.
 En espérant moins de pluie pour les prochains jours 🌥⛅🌤☀