Chiangmai 

Chiangmai
Le village typique du Nord des années passées c’est transformé en ville touristique avec autant de Thaïlandais que de touristes et d’expatriés. Plusieurs expats retraités y passent l’hiver au chaud et au calme. Cours de Yoga, de cuisine, de Thaï font parti du journalier. Sans compter les tatouages, les bunggies etc… Plusieurs y travail à distance comme traducteurs ou en centres téléphoniques, des pigistes de toutes sortes qui profitent d’une bonne connection internet. Des jeunes qui y flânent plus longtemps que prévue. La vie y est facile… et pas trop cher. Des millions de touristes surtout Chinois, Taïwanais, Malaisien et Français y passent pour quelques jours. Le  » night market » , les excursions de toutes sortes, les cafés, les restos, les boutiques, le monde qui attire le monde. Si les jupes des écolières descendent au genoux, la short de la blanche se porte elle au plus court possible. Les blancs marchent ou louent des motos. Les Thaï ne marchent pas point. Il y a par contre un début d’engouement pour le vélo de route. Ils roulent en fin de journée quand le soleil faiblit et la température descend sous les 38′ avec cuissards, leggings longs, coupe vent, foulard et masques contre la pollution !

Un de nos deux resto favori. Le cat house.


Le boss de notre auberge …


Le night market.



La bouffe de rue.


Temple et oasis en pleine ville.


Un café avec beaucoup d’atmosphère, de poterie et de plantes.


Pour nous ce fût du repos, des bons repas et cafés, un peu de vélo autour, pas mal de marche 🚶 et de visites et au final un massage Thaï. Ouff les noeuds causé par 3000 Km de vélo, ça fait mal. Robert a récidivé pour un deuxième massage le lendemain (jambes seulement) . Nous avions choisi une agence qui n’engage que des aveugles, ils sont paraît-il experts pour sentir avec leurs mains. Nous confirmons. Mais il « sentent » aussi avec les genoux, coudes et pieds qu’ils utilisent à fond dans notre musculature.

Bref une ville sympathique pour prendre quelques jours de congé avant de rentrer au pays travailler. 

Pour notre retour au Québec ils nous annoncent une tempête hivernale avec entre 30 et 40 cm de neige. 

C’était vraiment pas nécessaire!

Advertisements

Thaïlande en statistiques 

Go

Séjour total : 28 jours plus 5 jours de « vacance » à Chiangmai avant le retour.

Jours roulés : 21 jours

Distance totale : 1639 Km

Moyenne par jour roulé: 78 Km/ jour et environ 4:30 h. en selle par jour.

Journée la plus longue : 68,4 Km avec 1773 mètres de dénivelé positif et 5:30heures en selle à 38′

Temps en selle : 92:30 h.

Dénivelé positif: 15676 mètres 

Soleil ☀️ + 35 pas de pluie.

Crevaison : zéro 

Bris : zéro 

Camping : une nuit.

Warm Shower host : un.

Guest house : 26 nuits

Dépenses par jour : 45,25$ can

Personne de malade mais Josée a sué sa vie. 

Hébergement peu coûteux (entre 15 et 20$ pour deux pers. avec climatisation) et restauration facile d’accès. La Thaïlande a bani la culture de l’opium pour la remplacer par celle du café. Comme eux nous sommes accro au grain noir. Au moins deux cafés par jour pour une somme d’environ 7$. Une grosse bière au 7/11 (dépanneur) coûte 2$.

Il serait donc possible de voyager en Thaïlande pour 25$ par jour pour deux personnes en enlevant les cafés et en campant un jour sur deux.

Chiangmai – triangle d’or – Sukhothai

Une autre boucle au Nord de la Thaïlande pour revoir le Mékong , apprendre sur le triangle d’or et découvrir les temples de Sukhothai. Le soleil, la sécheresse et les feuilles qui tombent nous accompagnes tout au long du voyage. Il y a bien un peu de verdure dans certaines vallées mais en général le paysage est en dormance. Trop chaud, trop sec surtout! C’est l’hiver ici. Nous évitons de rouler après 13:00heures sous peine de cuire.


Chiangrai et sa clock tower et le meilleur café Thaï à date. Un repas en soirée sur un coin de rue improvisé en resto pour vivre le spectacle de la clock tower qui sonne, joue l’hymne nationale et qui fait aussi un jeu de lumière insoupçonnée!


Triangle d’or et troisième rendez-vous avec le Mékong.


Ça fait drôle de revoir se fleuve depuis notre dernière rencontre en 2009, justement de l’autre côté, du côté Laos. La première fois nous étions au Vietnam au delta du Mékong où il arrive à la mer. Cette fois nous sommes au triangle d’or. Un point stratégique où trois pays se côtoient. Le Laos, la Birmanie et la Thaïlande. C’est aussi historiquement un endroit de culture et de marchandage de l’opium. Culture et possession aujourd’hui interdites sous peine de mort. Pourtant légale pendant une centaine d’années avant 1954! Une forte taxe y était même prélevé et fût à son meilleur durant la deuxième guerre mondiale. Sans compter l’addiction des peuples comme les Chinois, le Siam, les Anglais ainsi que les Français présents en Indochine.

Du triangle d’or nous longeons le Mékong et le Laos pour filler au Sud et rejoindre le beau lac à Phayao sans touristes.


Sur la route vers Phrae nous faisons de belles rencontres lors d’une journée de 100 Km. Un petit café le long de la route se transforme en rencontre avec un amoureux des plantes et de Westfalia!  


Plus loin c’est notre estomac qui nous guide aux bons chaudrons et à une autre belle rencontre pleine de mimiques.


Arrivé à l’auberge Chatawan homestay, nous sommes accueillis avec joie et générosité par la gentille proprio et ses chiens.


 Un petit repas gratuit pour les cyclistes et une douche fraîche nous aide à aimer cette petite ville aux maisons traditionnelles et aux temples différents. 


Et que dire du fameux mango-sticky-rice auquel nous devenons accro. À notre départ de l’auberge un petit goûté de sticky-rise et d’œufs cuits pour la route nous est remis. 


En passant par le petit pont vers Shukothai.

 

Sukhothai marque la fin de cette boucle avec les temples d’influences Khmer et le début de la culture Thaï.


À suivre … Chiangmai.

Thaïlande: de Maé Sot à Chiangmai

648 Km de montagnes , les fameux virages et les montés diaboliques. Une route panoramique prisée des motocyclistes. Et pour cause, il y aurait 1864 virages entre Maé Hong Son et Chiangmai. Auquel il faut ajouter les virages et montés depuis Maé Sot. Ça fait bien plus de 2000!


1864 courbes.


C’est bien beau les virages, mais il y bien une cause? Si? Comme dans « sibole » que ça monte! Josée dira qu’elle a bien suer sa vie, comme jamais… et c’est pas peu dire. Nous atteignons notre point de rupture plusieurs fois par jour. Des pentes comme des murs, d’une cruauté inimaginable. Puis des descentes crève cœurs où nous devons freiner pour ne pas nous retrouver dans le décor. Pas moyen d’aller vite! On a même dû mettre un pied au sol pour freiner l’équipage qui s’emballait!

Sur 12 jours nous en avons roulé 10. Sur 10 il y en a 5 avec plus de 1000 mètres de dénivelé positif et la plus grosse journée fut de 1773 mètres de montée sur 68 Km. Au total 10870 mètres d’ascension. Ça fait ben de la sueur 💦 de vie à plus de 35′ sous le soleil.

Après plusieurs Km de montée à 4 ou 5 Km/h. Ouff

Et quand ça descend, ça descend.


C’est une « ride »pour amateurs ( ou pros) de vélo. Il vaudrait mieux toutefois roulé en Novembre/Décembre pour éviter la saison des brûlis qui enfume les montagnes.



Une seule journée de camping sauvage, le reste en guesthouse ou resort et une nuit chez un membre Warmshowers.

Cool banana homestay et pieds blancs. Le meilleur déjeuner de la ride.


Camping en montagne… et riz blanc au miel pour soupé.


Vue du « resort »


Rencontre cyclistes sur la route. Le maillot à pois fut notre hôte Warmshowers.


Paysages sur la route.



Mae Hong Son le soir.


Une pause à Chiangmai avant de repartir pour une autre boucle vers le triangle d’or et la frontière du Laos.