Trois petits tours et puis s’en vont

Cette année nous caressions le projet de partir quelques jours avec chacun de nos trois petits enfants. L’idée étant de partir à vélo avec un enfant à la fois pour trois ou quatre jours en autonomie complète et en camping sans leurs parents, évidemment. Dès le début de l’été nous fixons un premier départ avec Léopold, le plus vieux, 8 ans. Sa mère nous laisse son fils à notre maison de Drummondville et nous, nous retournerons chez eux à Montréal à vélo.Griffintown nous voilà. Josée sera seul sur son vélo tandis que Léopold et moi ferons un duo sur le tandem. Une fois la selle au plus bas et un doublement des pédales ses petites jambes se rendent aux pédales et nous sommes prêt à partir.

C’est un départ

La piste cyclable La Campagnarde nous mènera à Acton Vale où nous camperons au camping de l’ile enchantée. Bien sur nous avons fait une pause à Wickham pour manger et jouer au soccer et bien d’autres petites pauses pour reposer le petit popotin peu habitué à être en selle si longtemps !

Au camping, après une petite baignade dans la piscine nous mangeons ensemble avant d’aller voir le match du Canadien sur grand écran extérieur svp, merci et avec des bonnes chips. Il faut dire que le grand père et le petit fils s’accordent bien pour les chips.

Le deuxième jour, après avoir fait et mangé une bonne Banique Amérindienne (pain) nous partons en direction du parc national de la Yamaska où ils sont bienvenue cyclistes. En route il y aura la longue route plate comme dirait Léo puis le village de Roxton Pond où nous dégustons une énorme Poutine à trois et il en restera, ouff ! Heureusement après pareil repas nous n’avons pas long à rouler et nous passerons quelques heures à la plage au bord du lac, qui est en fait le réservoir Choinière.

Au troisième jour la pluie s’invite généreusement si bien qu’après une pause crème glacé à Granby nous changeons notre itinéraire initial de Chambly pour St-Pie là où habite notre autre fils et les cousines de Léopold. Avec les mains ratatinés et un détour inutile de 12 km suite à mauvaise information de la madame en camion nous arrivons sous une pluie battante chez François. C’est avec bonheur que nous avons profité de l’intérieur pour l’après midi et la soirée.

Nous passerons quand même la nuit sous la tente avant d’entreprendre la dernière journée qui nous mènera peut-être à bon port car il reste environ 80 Km ! Doute ! Au matin nous affrontons un super vent de face, comme si on en avait besoin ! Arrivée à Chambly par la piste cyclable « La route des champs » . IL fait chaud, très chaud et le vent nous caresse toujours le visage. Eva, la mère de Léopold s’inquiétant nous suggère de nous y rejoindre et d’apporter à Léo un cuissard de vélo tout neuf. Voilà qui nous aidera à faire un peu moins de pause « mal aux fesses ». De plus elle prendra dans l’auto une partie des bagages pour nous alléger. Remonté et bien décidé à nous rendre nous reprenons la route en faisant cette fois des pauses « Mister Freez ». Avant le pont de la Concorde nous devons attendre que les bateaux passent à l’écluse du pont Victoria sous un soleil de plomb. Rendu là, c’est Léo qui nous guide, il connait le chemin pour entrer chez lui. Bien fier de lui ! C’est pas rien, 207 Km en quatre jours. Une bonne limonade maison et des baggels au saumon nous ravigote car nous étions un peu cuit.

Le trajet

Trois semaines plus tard nous récidivons avec Alice, 8 ans aussi. Josée sera encore seul sur sa monture et Alice sera ma co-pilote sur le tandem.

Nous partons encore de Drummondville pour nous rendre chez elle à St-Pie. La première journée nous empruntons la piste cyclable la Campagnarde mais cette fois nous camperons à Roxton Falls au camping de l’île. Un « mont blanc » juste avant d’arriver au camping revigore notre petite Alice.

Elle avait vraiment hâte d’essayer la super trampoline et la baignade au camping. C’est fou comme elle se fait des amis rapidement. Quelques minutes de jeu dans la piscine et hop deux ou trois nouvelles amies ! 

Le lendemain une petite pluie nous accompagne vers le parc Nationale de la Yamaska où nous prendrons encore un emplacement Bienvenue cyclistes. En passant, les sites pour cyclistes sont super, près des blocs sanitaire et juste à coté de la piste cyclable et le coût de 11$ par personne est vraiment bien. Encore ici Alice se fait un groupe d’amies et elles rechercherons des lutins une bonne partie de la soirée. Quel énergie ont les enfants ! 35 Km de vélo en avant midi, baignade de quelques heures au lac, jouer au ballon et chercher des lutins en soirée, ouff. Soyez sans crainte elle a bien dormi. 

Au troisième jour il ne nous reste qu’a nous rendre à St-Pie. Presque tout le parcours se fera sur piste cyclable et sur le plat. Un petit 37 Km en matinée et Alice avait bien hâte d’arriver … pour se baigner ! Après tout 114 Km en trois jour c’est pas trop fatiguant. 

Une semaine plus tard les vieux remettent ça avec la plus jeune. Emma 6 ans et pas toute ses dents. Cette fois le tandem est trop grand pour ses petites jambes alors nous utiliserons le « follow me » attaché à mon vélo. Le parcours aussi va changer. Nous partons de chez elle à St-Pie pour nous rendre au mont Orford. C’est moins long mais il y a pas mal plus de côtes la deuxième journée.

Nous campons le premier soir au même emplacement qu’avec sa soeur il y a une semaine. Le beau temps est avec nous et Emma s’amuse beaucoup à la plage. Elle y fait même un mini stage avec la sauveteur. Tout près de notre site nous pouvons aussi nous rendre au bord de l’eau ramasser des roches ou les lancer dans l’eau.

Le jour deux fut plus exigeant avec pas mal de dénivelé et de chemin de terre. Elle roulera seul les premiers 10 km pour sortir du parc puis elle sera de retour en tandem avec le Follow me. Si Emma m’aide dans les montées elle préfère quand même les belle descente à 50 km/h où elle cri de bonheur, wooooou ! Nous camperons au lac d’argent d’Eastman au camping Leroux qui est aussi Bienvenue cyclistes. Donc pas besoin de réservation. Le lac est vraiment rafraichissant en cette journée chaude de juillet. Comme Emma parle à tout le monde, les rencontres sont faciles. D’ailleurs notre voisin de camping qui devait se rendre au village nous rapportera un super pop cycle pour Emma et quelques bières pour finir la soirée et parler longuement de voyages tandis qu’Emma dormait pas mal tôt.

Au jour trois nous n’avons que 11 Km a rouler pour atteindre la plage du camping d’Orford où sa marraine nous attend avec Léopold. Une journée pour jouer au bord de l’eau et dans l’eau avec son cousin. Le bonheur. Nous campons tous ensemble et le lendemain les parents d’Emma arrivent aussi avec Alice. Comme ce sera la fête d’Alice sous peu nous avons même un bon gâteau de fête pour finir, gracieuseté d’Eva.

Chaque enfants aura dessiné dans leur journal de bord, grand maman y ajoutera u peu de texte et grand papa y inclura quelques photos choisit par eux. Un bon souvenir pour tous. A refaire.

3 jours de vélo en Mars 2021

Une fenêtre météo inspirante pour partir rouler avant que toute la neige soit fondu. Nous utiliserons notre Westfalia à titre de logement. Covid 19 oblige ! La région de Sutton/Mansonville est en zone orange tout comme nous. Un repas ou deux au restaurant sera donc permit. Yes !

Nous voilà sur le chemin West Hill après avoir quitté Mansonville en direction des montagnes vertes. Un 23 Mars ! Il fait plus de 20′

Sur le Chemin Dieter Brook les paysages sont beaux même avant les feuilles aux arbres. Josée trouve que c’est un bien beau coin du Québec. C’est vrai que la région est facile à aimer, sauf pour les finances ! Les prix ont explosé depuis deux ans. Je me demande bien pourquoi ? Encore la Covid-19. En discutant avec la boulangère à Mansonville puis avec la serveuse du restaurant à Sutton la situation de l’immobilier a explosé depuis deux ans. À Sutton un condo qui se vendait 250000$ est maintenant mit sur le marché à 500000$ et se finalise à 600000$ après surenchère ! À Mansonville, dans la vallée un promoteur a mit 22 terrains à vendre en janvier, tous vendu en un mois. Il prépare la deuxième phase.  Voici le parcours du 23 Mars 

deuxième journée près de Mansonville

Voici le parcours de la matinée

Près de Mansonville

Voici le parcours du 24 en après midi. En soirée nous mangeons à la Brouerie de Sutton. Après une journée de gravelle la poutine et la bière sont bonne, surtout que ça fait un sapré bout de temps que nous avions visité un restaurant !

Parcours Sutton

Une journée encore plus chaude. La journée où nous avons perdu un cellulaire, dîné à Dunham avec un petit café en terrace et pris beaucoup de soleil.

Voici le parcours du 25

Pour faire changement nous avons laissé le tandem à la maison. Question de le garder propre ! Nous avons plutôt utilisé nos montures d’hiver, bien bouetté ! Tout nos parcours furent principalement sur les petites routes non pavés .

Chronique du moment. Petite randonnée d’une journée à Montréal exclusivement sur pistes cyclables.

8 Août 2020

EB4F448A-E9AB-43E8-995B-59F347886ADB_1_102_o

voici à peut de choses près notre parcours

             

Par un superbe samedi d’Août nous décidâmes d’un nouveau tracé. Inspiré par des Montréalais qui publient leurs parcours et surtout inspiré par le fleuve, riche d’histoire, riche de vie. 

Contrairement à nos habitudes nous troquerons le tandem pour nos vieux vélos. Vous aurez compris que la photo n’a pas été prise à Mtl mais bien au Vietnam en 2006. Comment les décrire ? Disons des vélos de montagne avec pas de fourche à suspension, pas de freins à disques non plus et une vingtaine d’année dans le corps. Ça vous aides ? En tout cas ils pourraient faire le tour du monde. Évidemment en ce temp de Covid, on n’y pense pas même si on y rêve. Dream-Plan-Do. Ha la la je m’égare. Mais nul chance de s’égarer sur ce trajet. Tout est bien indiqué et il y a toujours le fleuve ou le canal Lachine pour vous repérer.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme nous, des centaines de cyclistes profitent de ce beau samedi

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En attente pour traverser au pont de la concorde

Comme les bateaux ont priorité …

Dans notre cas, comme celui de bien d’autres nous rebroussons chemin pour prendre le nouveau pont Champlain quelques Km plus loin à l’ouest.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

pont Champlain

Facile, même pas besoin de moteur pour gravir l’approche et traverser à l’île des Soeurs. Quelques coups de manivelle et hop nous voilà sur la grosse ile. Attention de ne pas reprendre l’estacade qui vous ramènerait sur la rive sud !

De parc en parc le long du fleuve, c’est le calme plat. Aucune difficulté ici. Les gens flânent, pique-niquent, se font bronzé et jouent dans l’eau. Oui oui à Verdun il y a une plage ouverte pour la baignade et il n’y avait même pas trop de monde ! Les parcs se succèdent, Parc du quai de la tortue (pas vu de tortue), Parc de l’honorable machin, Parc des rapides avec sa vague. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Surfeuse sur LA vague

Il y a toute une file d’attente pour tenter sa chance. Avec bikini, avec pas de masque ni distanciation dans la dite file.

Plusieurs maisons intéressantes en chemin ainsi que le moulin Fleming et le musé de Lachine. Évidemment tous fermé en raison de vous savez quoi. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Moulin Fleming. D’abord en bois puis refait en pierre et restauré par la ville

Le parc René-Lévesque constitue une presqu’île, d’un calme avec ces 50 sculptures. Tout au long du fleuve en ces parcs nous ne nous croyons pas dans la grande ville. Villégiature en ville ? Même les cafés se font rares. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On se doute qu’il doit en couter un bras pour y avoir son bateau à quai !

Tout en cherchant une place pour y manger, que voilà cette institution cycliste.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cycle Neron dans cette magnifique bâtisse

Nous sommes à Lachine et non en Chine. Mais comme c’est à partir d’ici que nos ancêtres cherchaient le chemin navigable vers la fameuse Chine, le nom lui fût donné. Il Fornetto, resto italien, combla notre appétit  avec ombre, distance et un service parfait. Aubergine à l’italienne et pizza de saumon fumé et beaucoup d’eau. Parce que finalement il fait très chaud, on frise les 30 degré avec à peine une brise.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À l’ombre au IL Fornetto

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Église Saints-Anges-Gardiens de style néoroman

Tout est fermé mais on se doute que l’intérieur y vaut le détour. Il faudra y revenir, pour sur. 

Le retour se fera le long du canal Lachine avec traversée au pont de la concorde, enfin, l’île Notre-Dame, le circuit Gilles-Villeneuve et encore une bonne attente pour traverser après les gros et petits bateaux.

Le mot de la fin

Quand on veut on peut.

A preuve ici cette plante. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fleurs

Personne ne m’a semé, personne ne m’arrose, sauf peut-être les chiens, trois canicules et je vous gratifie de mes fleurs !

Mise à jour de notre site

Bonjour, si vous recevez ce mail c’est que vous êtes abonné à notre site « nomadesavelos.com ».

Présentement nous effectuons une mise à jour. Vous recevrez donc plusieurs mails dans les jours qui viennent. Le but n’est pas de vous inonder avec des articles de 2008. Mais, il n’est pas possible de publier sans que vous receviez de mails ! Nous changeons aussi notre galerie de photos de place. Elle sera maintenant sur Flickr 

Si jamais vous nous lisez. Noter aussi que c’est une écriture de 2008 en voyage qui se rapproche plus du journal de bord. Peut-être écrit sous un pont ou en montagne ?

C86E2A5E-E5E2-4789-9C57-8685D10FEAF8_1_201_a

 

Conférences : À la rencontre des Mexicains, 6000km en tandem

Comme nous passons l’hiver au Québec (une fois n’est pas coutume)  nous vous présentons quelques conférences portant sur notre périple au Mexique à l’hiver 2018-19. Une traversée de 6000 km à la rencontre des mexicains et de leurs paysages dépaysants. En autonomie complète nous sillonnerons Baja du Nord au Sud avec les cactus, les plages, les « gringos », les « truck-stop » et le généreux accueil des Mexicains. Après une traversée vers Mazatlan nous monterons à Durango nous rafraîchir avant de poursuivre vers le chaud Yucatan en passant surtout par les montagnes et non par les plages afin de découvrir un Mexique différent des stations balnéaires .

Voici donc les dates et les endroits pour assister à nos conférences :

Lundi le 10 février 2020 à la Maison des cyclistes de Montreal de 19 h à 21 h.

Pour réserver chez Vélo Québec

Mercredi 12 février 2020 à la bibliothèque Linette-Jutras-Laperle de Plessisville des 19h.

Pour réserver à Plessisville

Mercredi le 26 février 2020 à la Bibliothèque de Drummondville de 18:30 h à 20:30 h.

Pour réserver à Drummondville

Mercredi le 20 mai 2020 à la bibliothèque de Sorel-Tracy de 19 h à 21 h.

Pour réserver à Sorel-Tracy notez que la publication de mai n’est pas encore sortie.

En espérant vous-y rencontrer.

D’ici là nous planifions déjà notre prochain voyage pour l’hiver 2020-21

 

Nos plus belles routes au Mexique.

Si en général nous avons aimé la très grande partie des routes de notre périple au Mexique, il faut bien dire qu’il y en a de plus belles que d’autres. Alors voilà une petite carte pour identifier nos coups de coeur. Les routes en vert sont donc nos préférées. Quand on parle de route, on parle de beaux paysages, souvent montagneux et de peu de circulation. Ça ne veut pas dire que les autres sont laides mais elles ne font pas partie de nos préférés. Les pires, si on peut dire, serait celles après Palenque vers Cancun. Aucune vue, plat et trrrès chaud sur la route. Par contre il y a de jolie villes et sites.

Sur la carte vous pouvez cliquer sur le trajet pour avoir la distance et le dénivelé positif de la section.

Notre « top préférée » serait la 40 libre de Mazatlan à Durango en 5 jours sur 330 Km et 6073 mètres de dénivelé positif avec 30heures en selle. Il y a une journée ou nous n’avons fait que 35,5 Km à 7,2 Km/h de moyenne et 5 heures de vélo. Ça monte ! Nous conseillons fortement d’être en autonomie complète. Il faut camper et se faire à manger. Porter beaucoup d’eau même si il y des ravitaillements, soyez prudent. Peu d’auto, nous étions seul sur la route avec nos souffrances et les vues ! À Mazatlan nous sommes en bord de mer, la plage, le malecon, les Mexicains en vacances. À Durango, c’est le Nord, le froid, les montagnes, le Mexique plus rude mais festif avec sa rue piétonne. Nous y étions pour le jour de l’an 2019.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Route 40 libre

En deuxième vient la 15 entre Morelia et Zitacuaro avec en prime le site des papillons à Angangueo. À voir sans faute si vous y êtes aux bonnes dates. Camping autonome souhaitable mais non obligé. Il y a de l’hébergement. Quatre belles journées de vélo. Il vaut la peine de séjourner au moins deux nuits à Morelia et à Zitacuaro bien quelles soient très différentes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Couché de soleil à 3045 mètres. Vue imprenable!                                                                      Camping sauvage idéal entre Morelia et Cd Hidalgo

En troisième place vient la fameuse route 199 de San Cristobal à Palenque en incluant la route 190 de Chiapa del Corzo à San Cristobal. Luxuriante route, la 199 est moins difficile que la première. Nous vous recommandons de bien vérifier auprès des locaux si elle est sécuritaire. A vous de décider. Si vous vous y aventurer nous suggérons d’éviter la fin de semaine et de rouler tôt le matin. Surtout gardez le sourire ! Il y a de l’hébergement, nul besoin de camper le long de la 199. Quatre ou cinq belles journées de vélo. Attention, de Chiapa del Corso à San Cristobal (la 190) il y a plus de 2100 mètres de dénivelé positif !Possiblement deux jours au lieu de un et camping sauvage. Prenez une journée de repos à Chiapa del Corso pour voir le canyon et séjournez quelques jours à San Cristobal, elle est si jolie ! Le site Maya de Palenque serait, lui, notre préféré. Sans oublier les cascades d’Agua Azul ou de Misol Ha en chemin ou vous pouvez y dormir.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur la 199, les belles montagnes vertes.

C’est au Chiapas que nous avons rencontré le plus d’ethnies.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Broderie en bord de route 199 et vente de végétaux.

Le Mexique est grand et sauf la péninsule du Yucatan, rien n’y est plat. Pas même Baja California et la route des cactus. Une route unique et relativement facile.