Pérou 2005

Pérou 2005
Une vingtaine d’années après notre périple en vélo, deux grands enfants ont comblés et occupés toutes ces années. Des activités de pleins airs à la mesure de nos moyens et de nos désirs pour initiés nos enfants à nos valeurs. Camping, vélo, randonnée pédestre, canot camping et camping d’hiver ont occupés nos vacances.

En 2005 le goût du voyage nous reprend de plus belle, nous avons la bougeotte. Par contre nous n’avons pas beaucoup de temps, nous essaierons le voyage sac à dos pour voir le Pérou, ses montagnes, mais c’est surtout le Machu Picchu qui guidera notre voyage. Nous avons un mois pour voir le mythique sentier de l’Inka, le lac Titicaca, le sommet du El Misti et la vallée El Colca.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au départ du sentier de l’Inka

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout d’abord prendre du temps à Cusco pour habituer notre système à l’altitude pour commencer notre randonnée de l’Inka trail. Cusco est quand même à 3326mètres d’altitude! Un sentier très convoité et réglementé. Une réservation deux mois à l’avance est requise dans une agence de trekking. Le trek de quatre jours avec un guide et porteurs se révèle à la hauteur de nos attentes. De notre coté nous avons porter notre matériel sauf la tente qui était inclus. Une superbe belle randonnée qui nous permet d’apprécier l’approche du site au levé du soleil par la porte du soleil. Nous avons le site juste pour nous avant l’arrivée des nombreuses autobus touristiques sur le site. Un moment magique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À notre arrivée au Machu picchu

 

La suite de notre voyage nous dirigera vers le lac Titicaca. Le but de cette visite est de vivre dans une famille sur l’une des îles le temps d’un repas, une rando et d’un dodo sur place. Bon c’est touriste mais nous sommes des touristes dans le fond. Belles rencontres, une famille vraiment simple mais tellement accueillante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un peu de marchandage sur une île flottante, lac Titicaca

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le conducteur du bateau sera notre hôte sur son île

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous poursuivons notre route jusqu’à Arequipa la ville blanche. De là nous trouverons un guide pour grimper le El Misti. Juste de regarder les 5822m enneigés nous avons des craintes. Finalement au matin du départ nous partons avec notre guide et un assistant pour monter le matériel pour le coucher à 4900m versant sud, moins utilisé. La monté est enivrante, le sol noir de la cendre de ce volcan rend nos pieds brulants mais dès que le soleil se couche le froid et le gel s’installent pour la nuit qui est là très tôt en fin d’après midi. Le temps de préparer le repas, nous enfilons tous nos vêtements. Rien ne retient la chaleur et tout se fige, nous partons dormir. Le lendemain levé à trois heures pour le sommet, qui sera ardu pour nous, notre corps n’est pas encore adapter. Nos pas sont lent et nous entendons notre cœur battre dans ce silence incroyable. Nous montons en zigzag tellement la pente enneigée est abrupte. Le sommet est vraiment la récompense avec une vision incroyable par un temps des plus clair. C’est pour nous une nouvelle découverte, l’Himalaya nous appelle déjà.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au somet du El Misti à 5822m.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous, un guide et un porteur. GO

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après une descente d’enfer nous retournons à notre ville préférée du Pérou la belle blanche pour un petit repos et préparé la prochaine étape, le canyon del Colca. Une région aride, peuplée d’une communauté particulière et parsemé de randos fantastiques. Aucun chemin, que des sentiers, même pour allez à l’école. De la chaleur garantie, du dénivelé abrupte, de petits oasis et bain thermale feront nos journées.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un passage par le parc National Paracas près de Pisco. Là, nous avons eu une petite surprise, dans notre tête un parc égal verdure. Mais En fait c’est du sable à perte de vue, il tombe 1 mm d’eau par année. La plage est constitué de coquillage concassé. Pas besoin d’essuie glace sur les autos! Finalement c’est un site protégé pour la faune marine. Nous sommes un peu déçu mais la mer est belle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour conclure, ce voyage avait pour but de voir comment nous aimerions voyagé style sac à dos et autobus en comparaisons avec le voyage à vélo. Le prochain voyage nous reprendrons nos vélos pour voir la différence entre les deux mode de transport. Nul doute, nous adorons la randonnée avec sac à dos. Explorer par sentier la nature et y découvrir les paysages ainsi que les gens nous comble. Par contre les déplacement en autobus sont ennuyeux ainsi que les sacs à dos dans les villes. Nous sommes aussi une proie facile pour les rabatteurs qui attendent aux terminus.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Advertisements