Bon choix, beau soleil, belle vie.

Bon choix d’avoir attendu une journée à Naseby car le lendemain nous profitons d’une journée magnifique pour rouler la Danseys pass toute de gravelle avec de superbes paysages très arides. Une de nos belles « ride de vélo ». Josée est de plus en plus forte, non seulement je ne peux pas la larguée mais elle a même monté la première côte en sortant de Naseby que j’ai poussé! Une journée sans réseau cellulaire et presque sans auto sur la route.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Danseys pass

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Déjà la descente.

En fin de journée nous arrivons au camping familiale après 50 km et tout près de 1000m de dénivelé positif. Petite discussion avec le proprio puis je paie la nuit et remarque qu’il vend quelques trucs comme des chips. Mmm j’en prend un sac et à la blague lui demande si il vend de la bière. « No I can not sale any but I can give you one! » Tien toé. Plusieurs campeurs nous interrogent, tous semblent plus ou moins se connaitre. Un seul feu en soirée pour tous. Une jeune fille nous vend des patates nouvelles. Mmm nous en aurons pour ce soir et demain midi. On les aime les Kiwis. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En route vers Dantroon et la trail Alps 2 ocean.

Le lendemain nous rejoignons la « Alps 2 Ocean » à Duntroon et prenons la direction du mont Cook, donc à l’inverse « Ocean 2 Alps ». Évidemment ça va monter plus! Les journées sont chaudes, jusqu’à 35’ et nous sommes heureux de nous baigner comme ce soir au lac Aviemore. Après il y a le barrage et la trail qui longe le lac Benmore. Ouff comme c’est beau mais pas facile. Beaucoup de montes descends en single track le long du lac, et il fait encore beau et chaud. L’eau est d’un bleu turquoise et d’une limpidité incroyable. Nous finirons à la « woolshed » avec près de 1000m de dénivelé positif. Nous y sommes seul, un beau site en bordure de ruisseau. Parfait pour un lavage sommaire. L’eau y est glacial et limpide. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est la nuit que choisira mon estomac pour me donner le haut le coeur toute la nuit. Au matin j’avale difficilement mes céréales et un café. J’ai les jambes molles. Départ pour une autre section en direction de Twizel. 

3C764C45-CC7C-4491-AA36-CAB68A85ACED

Départ en douceur.

Heureusement la piste est facile au départ dans la vallée avant de monter de plus en plus et d’être de plus en plus rocailleuse. Qui dit montée, dit effort et mon corps n’est pas d’accord, j’ai le coeur au bord des lèvres et je dois marcher les sections les plus abruptes et les plus rocailleuses. Nous parvenons au sommet et j’anticipe la descente si la surface est aussi rocheuse. Mais non c’est beaucoup plus roulant et nous allons bon train jusqu’à une petite forêt. Le reste ayant été sous le soleil.

7266000B-2034-481B-95B9-092DE79DD3FA

Un gars songeur.

C’est ici que nous croisons de nouveau nos amis de « la roue libre » qui monte en sens inverse de nous. ILs sont fort avec leurs tandems Pino. Nous poursuivons notre descente et optons pour un raccourci . Erreur! C’est en fait une piste de randonnée pédestre. Heureusement tout en descente. Arrive les escaliers et nous marchons au lieu de rouler. Trop dangereux. C’est là que mon vélo dérape moi aussi et les culbutes s’en suivent. Bing bang je déboule dix mètres plus bas en pente abrupte. Ouff rien de cassé. Pas de vidéo … dommage! Même les hanches artificiels ont tenu bon. Quelques centaines de mètres plus loin nous rejoignons la route. Pause, léger gouté pour Josée. Twizel où nous avons une réservation est encore a plus de 30 km. Mmm. Nous reprenons pour 5 km vent de face avec Josée en avant pour aider le malade. Il y a un petit lac et un DOC campsite avec toilette. Je rejoins le camping de Twizel au téléphone et la gentil jeune fille accepte de reporter notre réservation à demain. Je m’endors sous un arbre et me réveille plusieurs heures plus tard en frissonnant . Josée a tout préparé et elle a mangé. Moi je bois et me recouche au chaud sous la tente jusqu’à ce que j’ai besoin d’aller aux toilettes. Une cheville crampe en sortant de la tente et pour de longue minutes je pense bien que ça va sortir par les deux bouts crampe dans la tente. La crampe passe et Josée m’aide a me rendre, je marche comme un robot. Je me soulage, sans vomir. Retour à la tente, Tylénol nuit et dodo. Le lendemain matin j’ai faim, j’ai faim! Déshydratation, coup de chaleur, indigestion? Allez savoir? Deux heures et demi plus tard nous sommes à Twizel. Une bonne douche et repos. Nous sommes le 12 janvier. Jour où nous devions coucher au mont Cook. Ça attendra à demain même si il fait beau.

Le ciel est complètement bouché lors de notre départ le lendemain matin mais tout s’éclaircis en route le long du lac Pukaki nous laissant voir les montagnes autours dont le mont Cook (Aoraki). Tellement beau, émouvant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En route vers le mont Aoraki qui se dégage.

Nous sommes reconnaissant d’avoir cette chance. La vie est belle. Nous arrivons au camping après 70 km de montée graduelle avec toujours une magnifique vue sur les alpes Néo Zélandaises. Il n’est pas 15h. La météo est douteuse pour demain alors nous décidons de faire la randonnée de 10 km immédiatement puisqu’il fait beau. 3h de marche, trois ponts suspendus et une superbe vue sur le glacier et sur le mont Cook. Nous sommes comblé. Nous y passerons finalement trois nuits et il fera beau les trois jours! La dernière nuit nous dévoilera même la voie lactée et nous passerons quelques minutes, en pleine nuit, couché dans l’herbe, a contempler. Fait même pas froid. Nous y ferons aussi de petites randonnées dont une qui monte très à pic et nos cuisses et mollets nous rappellent que nous sommes supposé nous reposer! Nous visitons aussi le musée de Sir Edmund Hilary. Nous sommes au coeur de son terrain de jeux. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ed qui regarde le mont Cook ou plutôt le mont Aoraki.

Pour revenir par l’autre côté du lac nous aurions du prendre l’hélicoptère. Notre conscience écolo nous rebute à cette option alors le retour vers Twizel ce fera par le même chemin. C’est juste plus facile! En fin de journée nous dénichons un camping gratuit, encore sans douche, où nous passons une soirée des plus calme et nous aurons encore droit à la voie lactée. Demain, destination lac Tekapo et une douche. Parce que là là ça fait 5 jours. Comme dirait certain  « Ça commence a sentir le p’tit canard a patte cassé». Ça devait être une journée facile de 50 km le long de deux canaux. Erreur! Le vent se mit contre nous sur les 30 derniers km avec un soleil de plomb. Nous arrivons au camping brulé avec une moyenne de 11km/h. La bière aussi va être bonne! 

Mine de rien il nous reste moins de deux semaines avant notre départ pour l’Australie. 

Kia ora

Milford Sound et profusion de trails. 

Nous quittons Queenstown au matin du 27 a bord de la navette fluvial des travailleurs en direction de walter Peak pour rejoindre la trail « Around the Mountains » qui nous mènera à Te Anau. Une piste en gravelle qui commence doucement sous un paysage montagneux. Bien sur il y a toujours une belle montée qui nous attend dans la journée, une vraie bonne montée qui donnera du fil a retordre a Josée. Tout le long de la montée le paysage est magnifique, des paysages ayant inspiré certaines scènes du Seigneur des anneaux. Après deux traversés de rivières(les pieds pas trop mouillés) nous observons que le support arrière de Josée est cassé, nous sommes vraiment en arrière pays comme dise les Français, alors après avoir installé des attaches rapides (ti-rap) et du ruban nous repartons sur notre route bien cahoteuse en direction de notre site de camping. Un DOC sans services mais avec une belle vue. Une des plus belle ride de vélo du voyage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La fameuse montée sur « Around the mountains »

Il fait chaud et très sec, nous sommes maintenant sur la côte est et la pluie est plus rare, nous poursuivons maintenant notre route sur une route secondaire en graviers non tassés, très poussiéreuse et difficile, nous sommes content d’arriver à Te Anau pour une journée de repos et une bonne douche. Notre prochain projet le Fiord de Milford Sound.

IMG_1122

Tout d’abord il y a le trajet en bus bien commenté par le chauffeur et plusieurs arrêts pour profiter des vues exceptionnels. La croisière est très belle mais nous demeurons sur notre faim, après discussion avec la chauffeur il nous dit qu’il aurait pu nous laisser avec nos vélos et bagages sur la route du retour. Dommage cela aurait été super. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Milford Sound

Le lendemain, soit le 31, nous reprenons la route et la trail de « Around the Montains » et rejoindre un mini camping familiale dans une mini ville. Pas de méga fête du nouvel an ici. Juste une « honesty box » pour payer son hébergement. Même pas une bière!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Petite route de campagne pour nous rendre à la Cluta gold trail.

Puis nous rejoignions la Clutha Gold trail en passant par une grande vallée agricole qui sera une belle surprise pour nous. De belles collines, de beaux paysages pour finir par de très grosses montées, il en faut toujours au moins une dans la journée. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur la Clutha gold trail.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La trail et la rivière.

A partir de Beaumont nous prendrons cette piste mythique qui longe la Clutha River, l’une des régions de la ruée vers l’or des années 1860. Superbe piste, beaux paysages et rivière au grand courant d’un bleu turquoise. Par contre pour la suivre sur sa longueur, a une certain point nous devons prendre un jet boat qui s’avère être très dispendieux $300 pour un tour de 40 min. Comme nous sommes économe nous prendrons la route pour rejoindre Alexandra avec un trafic intense et une très longue montée de plusieurs km et un bon dénivelé pour finir la journée avec près de 1000m sur 58 km. Ce qui nous aura quand même permis de luncher au sommet sur une terre agricole. C’est là que le propriétaire nous surprend . Tsé quand tu te penses seul au monde en regardant le paysage tout en mangeant ta sandwich et que le gars arrive de derrière. Disons qu’on a fait tout un saut. Et c’est lui qui s’excuse! Finalement nous avons une belle discussion avec lui sur les changements climatique, l’agriculture, les ados, le salaire minimum à 25$/h. Oui oui le salaire minimum est à 25$ mais il faut au moins 35$/h pour un salaire décent. Il est de la troisième génération sur cette terre familiale et il tombe la moitié moins d’eau qu’il y a 50 ans. La ligne de végétation est plus haute dans les montagnes et les pluies, quand il y en a sont trop fortes. Enfin nous repartons pour Alexandra, une ville avec services. Épiceries, bike shop pis toute!

Je n’ai pas parlé de mon toc. Enfin celui du vélo! Depuis plusieurs jours mon pédalier toc. J’ai cru que la coupable était la pédale puis les plateaux mais finalement il faut voir le B/B et il faut des outils donc il faut une boutique de vélo. Rencontre avec Phil le mécano juste avant la fermeture mais il regarde quand même et après avoir changé la pédale douteuse pour tester, il en convient, comme je disais qu’il faut enlever le pédalier et retirer le bottom braquet pour voir les roulements. Mais ce sera demain matin. Rendez-vous à 8:30. All good. Le lendemain nous en profitons pour remplacer le porte bagages de Josée qui est toujours cassé et changer le Bottom Braquet qui était le responsable du dit toc.

CABF9AAD-09B3-451D-90FD-0F8EDF314877

Après 9 jours. Ça tien toujours

Nous repartons de la boutique il n’est pas 10h et filons sur la « Otago central rail » trail pour deux jours. La vie est belle, le soleil est au rendez-vous, encore et les paysages sont beaux, encore.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le long de la Otago central rail trail

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Encore.

Bon la pluie arrive avec la foudre juste après midi pour une bonne douche et nous séchons presque avant d’arriver à Naseby le 6 janvier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mmm ça va tomber!

Un peu hors de la trail car nous voulons « faire » la « Danseys pass »qui nous reliera à une autre trail. La « Alps 2 ocean »qui nous mènera au mont Cook . Pluie en soirée, la nuit aussi. Le camping est bien boueux le lendemain matin et c’est la bruine. La vue est complètement bouché. Congé. La Pass attendra à demain alors on écrit au pub. Le café est infecte mais la bière, les frittes sont bonnes et la musique aussi. Bon ben on publie, nous sommes samedi le 7 janvier 18h et vous au Québec vous venez juste d’arriver au samedi matin zéro heure. Parce que nous, nous sommes dans le futur comme dirait notre petit fils.

West coast (la suite), sandflies, lacs et montagnes. Repos pis joyeux Noël pis toutes!

Tout d’abord la circulation est presque inexistante en côte ouest sur la « 6 » et c’est tant mieux. Ça nous permet de monter les côtes sans trop stresser. On peut suer paisiblement ! Donc après le repos à Fox glacier nous longeons la mer sur la côte ouest pour la dernière fois. Nous partons sans trop réfléchir vers le lac Paringa sous la pluie pour y arriver sous la pluie. Tsé à un camping DOC du gouvernement où il n’y a rien sauf des mouches. Pas de table, pas de shelter, pas de douche autre que le lac. Un terrain de plus en plus spongieux avec une vue magnifique sur les montagnes bien enrobées de nuages noirs. Pas de photo sauf.

Bref on a cuisiné près des toilettes sèches avec presqu’un abri pis on c’est couché tôt disons. Le lendemain direction Haast où nous avions une réservation pour camper mais que nous avons changé pour une chambre au sec. Et oui il pleut! Une journée de repos pour faire tout sécher parce que évidemment il fera beau même si les prévisions étaient de 30 mm de pluie.

Après Haast nous roulons jusqu’à Cameron Flat. La route est superbe et les premiers 50 km se font facilement tout en observant les paysages environnent. C’est là que ça se corse. Un mur nous attends avec plus de 10% et jusqu’à du 18% sur 3 km et la pluie qui arrive.

Elle nous accompagnera jusqu’au camping, en bas où nous arrivons les mains bien gelés. Sous l’abri nous rencontrons un marcheur hollandais et deux autres cyclistes allemands qui vont en sens inverse. Encore une belle rencontre. En soirée le ciel se dégage et nous pouvons partir pour une petite randonnée d’une heure aux « blue pool ».

Puis les lacs Wanaka et Hawea ce succèdent et les paysages sont toujours aussi beaux et il y a de moins en moins de bibites. Nous prenons encore une trail entre le lac Hawea et Wanaka sur 29 km. Petite journée, ça sent les vacances pour nous comme pour les Kiwis en ce 20 décembre. L’école est fini pour 6 semaines, c’est l’été et il faut maintenant réserver nos hébergements! À Wanaka nous prenons encore une journée de congé pour une marche en montagne et une soirée pizza avec la bande de 7 cyclistes au bord du lac avec même pas de midges. J’en ai profité pour une petite baignade et photographier le fameux arbre.

De Wanaka à Arrowtown il n’y a que 50 km où la route est encore superbe avec des lupins à profusion.

Nous roulerons aussi sur la plus haute route asphaltée de Nouvelle-Zélande! Nous croiserons souvent un autre couple en tandem et arriverons plus ou moins en même temps au sommet à 1076m. La « crown range » que nous descendrons avec plusieurs pauses et finirons sous une orage glacial qui ne durera que quelques minutes. Juste le temps de nous geler les mains!

Demain encore repos pour les vieux avant la dernière trail pour rejoindre Queenstown.

Queenstown et sont effervescence pour trois nuits incluant Noël même si ça sent pas Noël du tout par ici. Tu sors de la côte ouest où il n’y a presque personnes et où t’es content de trouver une épicerie pour te retrouver dans une ville super (trop) touristique. En fait à part le paysage, un beau jardin et ben trop de boutiques et restaurants, il n’y a rien d’intéressant. Sauf si tu veux faire du jet ski, bongi , sky diving, tour d’hélicoptère, d’avion, jet boat ou autres parapentes. C’est Noël, tout est fermé mais l’atmosphère du temps des fêtes est inexistante. Aucunes décorations et les « party » se font en dortoirs entre touristes ou jeunes expatriés venus travailler ici pour quelques mois. D’ailleurs il est très facile de se trouver un emploi en Nouvelle Zélande mais beaucoup plus difficile de se loger. Un gars qui loge au même lodge que nous paye 180$/semaine pour un lit en dortoir à 10 personnes! Soyez sans crainte nous avons une chambre privée avec notre salle de bain privée. Nous avons passé l’âge des dortoirs. Tout ces repos nous réparent et nous préparent en vue des prochains jours et des prochaines trails. On a tellement tellement de photos mais il faudra attendre l’album. Pis ça c’est long. Tsé on a pas juste ça à faire! Faut ben rouler.

Voici quand même des paysages.

Statistique Nouvelle Zélande (île du Nord)

Statistiques Nouvelle Zélande, île du nord

Séjour total : 27 jours

Jours roulés : 23 jours. Mais il y des petites journées!

Jours de repos : 4

Distance totale : 1447 km

Moyenne de km par jour roulé :63 km

Journée la plus longue en distance et en temps : Le 25 novembre pour nous rendre à Wanganui avec 76 km, 951 mètres de dénivelé positif en 5h16minutes et il y avait le soleil .

Dénivelé positif total :15696 mètres. Avec 6 journée de plus de 800m.

Température : On a eu 15 journées avec de la pluie et seulement 5 journée de soleil. Le reste étant variable.

Crevaisons : Aucune

Pneus : Schwalbe Marathon plus Tour 26 », neuf au départ.

Bris mécanique : Le porte bagage arrière de Robert a du être soudé après la Timber Trail. Josée a cassé la semelle de ses chaussures. Chanceuse elle en a une nouvelle paire qui lui vont mieux pour 31$. Une liquidation à Palmerston North. Josée a aussi endommagé sont dérailleur avant lors d’une chute. Réparation maison, ça fonctionne!

Chutes : Quelques une, tous réalisés par Josée. Sont casque tien bon malgré quelques bosses, le vélo aussi, la fille aussi!

Campings payants : 7 nuits

Campings sauvages ou gratuits : 7 nuits

Warmshowers : 13 nuits avec 8 hôtes différents. Un super accueil ! 

Repas au restaurent : 0, Josée a cuisiné beaucoup et nos hôtes Warmshowers nous ont fait découvrir une bonne cuisine.

Traversier : 1 De Wellington à Picton sur l’île du Sud

Train : 1 De Palmerston North à Wellington

Dépenses / jour : 50 $can / jour incluant le traversier et le train 

Un café barista coûte entre 4,85 $ et 5,75$ canadien incluant les taxes, l’épicerie est comparable au Québec. Le prix des campings est très variable car les services sont de non existants ( 8$/pers) à très complets avec cuisine, salon et tout ( 22$/pers ) .

Gorge Buller, West Coast Wilderness trail et les glaciers Franz Josef et Fox.

Depuis notre départ de Wellington bien des kilomètres ont passé sous nos roues, et beaucoup de dénivelé bien entendu. De Picton (île du Sud) nous avons fait un petit détour vers la baie de Tasman question de voir un peu de quoi il en relevait.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une des baies de la mer de Tasman.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La route est parfois précaire!

Comme la route pour Nelson était fermée, elle c’est effondré à quelques endroit, nous avons décidé de faire une petite loupe vers Haverlock et revenir sur la 63 vers St-Arnaud en espèrent avoir un vent de dos, ce qui est rarissimes selon les dires, même que les  kiwis cyclistes l’évitent. Mais comme nous menons une bonne vie, nous avons eu une petite brise de dos pour faire nos 95 km et 800 mètres de dénivelé positif dans la même journée. Merci,  merci. En fait c’est la vallée de Marlborough réputée pour sa production de vin, 50 km de vignobles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après les vignes, direction St-Arnaud

Puis après St-Arnaud s’offre à nous un tout autre paysage encaissé, c’est la Buller Gorge, région développé dans les années 1800 pour sa richesse en or, chemin de fer, routes et villages maintenant disparus, reste le beau paysage sauvage maintenant disponible pour les touristes de pleins airs. Beaucoup de sentiers pédestres, descentes de rivière et de vélos montagnes sont proposés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le long de la gorge

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le long de la gorge

Puis à Westport nous sommes encore accueillis chez des Warmshowers, Janet et Terry des tandémiste qui ont déjà roulé le Québec! Tout un accueil, merci.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nos hôtes Warmshowers à Westport. Merci Janet et Terry

FA8925BD-2E54-4DFE-B8AB-EF9664771DB3

Mer de Tasman.

Vient la côte ouest où nous rencontrerons la famille de Magog « la roue libre » qui voyage en vélo de type pino, les deux enfants bien installés au devant pour aider les parents sur le parcours. Tout de suite nous échangeons avec Karine, Francis, Lexie et Justin sur le voyage et les défis de tout planifier. Surtout pour eux avec les enfants, l’école, la pluie et la route. Ils ont toutes notre admiration, c’est un travail quotidien de tout faire dans la journée. Bonne route nos amis. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La roue libre

Nous quittons nos amis pour prendre la Trail emblématique de la côte ouest « la wilderness trail » 130 km de Trail tantôt sur chemin forestiers, petits sentiers côtoyant des digues, canaux, forêts humides. Qu’elle belle ride comme dirait certains, mais pas si facile avec tout nos bagages, mais cela valait grandement la peine, en plus nous avons eu une journée sur deux de soleil, quoi demander de mieux.

Sur la route vers Ross une surprise nous attends,  nos amis « la roue libre » sont là pour faire ce parcourt à sens inverse, quelques échanges d’informations et up nous poursuivons notre chemin jusqu’à Ross sous la pluie pour dormir dans l’un des plus vieux hôtels de l’époque de la ruée vers l’or. Bon il était vieux cette hôtel mais on était au sec et en bonne compagnie de cyclistes rencontré sur la route.  

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avec les amis cyclistes.

Notre prochain objectif étant les fameux glaciers si réputés soit le Frank Josef et le Fox. Après bien des kilomètres et des bonnes montées, nous apercevrons le Franc Josef mais aussi la faune touristique qui va avec, soit les camping-cars, les hélicoptères pis tout le reste. Il est beau mais sans plus, une bonne épicerie pour les jours qui viennent car pas grands épiceries en chemin vers Haast notre prochaine cible et arrêt à Fox glacier, moins touristique une journée de congé. Mais entre les deux glaciers il y a comme ils disent ici «  les sadles », pensez selle de cheval, cela veux dire ben des montes descents, 23 km et 800 mètres de dénivelé positif en trois sadles. Après une bonne épicerie c’était un peu plus difficile mettons.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vue sur le mont Cook et Tasman.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le mont Tasman.

Congé aujourd’hui, un peu de vélo, une randonnée autour du lac miroir, une pour se rapprocher du glacier Fox et une bière. 

 

Demain départ pour un autre section de notre trajet soit la ville de Queenstown où nous passerons Noel. 

Monde perdu, Warmshowers, Zealandia

En quittant nos hôtes nous partons vers le monde perdu en roulant la  « forgotten world highway« . Trois jours de route paisible sur une route oubliée de 170km avec quand même 2500 mètres de dénivelé positif et beaucoup de pluie les deux premiers jours. Parait que ça ajoute du charme! Enfin nous avons beaucoup aimé nos trois journées de vélo. Une nuit en camping sauvage « illégale » dans un champ pour les vaches. Personne ne viendrait nous chercher sous cette pluie! Une nuit en camping à 10$ à Whangamomona « la république des Whanga’s » et une cabine à Stratford pour dormir au sec car si nous avons roulé au sec la troisième journée, ce fût quand même le déluge en soirée et durant la nuit!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le long de la Forgotten highway

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Forgotten highway

De Stratford nous devrions voir le mont Taranaki, un volcan parfait. Mais il restera dans les nuages, même le lendemain alors que nous nous dirigions vers lui avec un vent de face incroyable pour 10 km. Heureusement par la suite vers Patea le vent sera un allié ainsi que vers nos prochains hôtes Warmshowers à Whanganui.

3257F99E-16A1-4FEE-A62E-4832C4ABB93F_1_201_a

Au bord de la plage à Patea

Seul bémol ici nous devons parfois quitter les petites routes de campagnes pour traverser les rivières sur les ponts qui sont sur la nationale. Et comme les ponts sont étroits il y a peu de place pour un cycliste et les gros camions double. Sur la route les Kiwis sont étrangement arrogant et irrespectueux, ils nous frôlent de trop près et parfois nous préférons marcher en bordure. Tout un contraste avec l’accueil que nous recevons de la communauté Warmshowers qui elle est géniale.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Deux nuits chez John et Ann dans une communauté Quaker à Whanganui. Le lendemain chez Neil et Lorraine à Marton puis chez Andrew et Pamela à Palmerston North avant de passer deux autres nuits à Wellington chez Ismene et Hugh. Quatre rencontres formidables chez des gens très accueillants. Ann et John ont 81 et 82 ans et nous sommes reçu chez eux comme deux jeunes au sein des Quaker. nous sommes un vendredi soir et c’est le soupé communautaire, végétarien, succulent et à volonté. Chanceux, tu dis! En plus Ann demande à ceux qui parlent Français de ce joindre à notre table. Encore de belles discutions partiellement en français. Le lendemain Ann nous conduira au centre ville où nous passerons la journée avant de revenir pour préparer le soupé à notre tour. Nous quittons avec deux nouveaux amis vers une autre famille (Neil et Lorraine)où nous aurons une mini maison pour nous et où nous dégusterons un repas de chèvre avec du bon vin en bonne compagnie. À Palmerston North c’est à la troisième boutique de vélo que Josée déniche enfin la perle rare. Une paire de chaussure de vélo pour remplacer ceux à la semelle cassé. Un deal à 39$NZ! Nos hôtes ici sont des cuisiniers incroyable et nous sommes accueilli avec des croisants frais. Le soupé végétarien sera plus que parfait avec encore du bon vin et de la bonne musique. Ho, et nous avons nos appartements. À 5 h le lendemain matin ils sont déjà debout pour nous faire un café avec des croissants et notre lunch est préparé pour le parcours en train. Nous prenons le train de 6:15h vers Wellington question de gagner un peu de temps, d’éviter les grandes routes. Une étant en réparation, une trail est aussi inondée alors il y aura beaucoup de monde sur la route restante. Pas grand chose à voir selon tout nos derniers hôtes. À Wellington Ismene nous rejoint au centre ville après notre visite du musée national pour nous accompagner à vélo jusque chez elle. Toute une montée mais la vue est superbe ainsi que la maison. Encore une rencontre passionnante autour d’un bon repas et d’une marche en soirée. Encore beaucoup de conseils en vue de l’ile du sud.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Tui à Zealandia.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Kaka, un perroquet.

Le lendemain nous visitons Zealandia, en espace de préservation tout près de chez eux et nous en profitons pour réserver la traversée en ferry vers Picton et une chambre pour trois nuits à Queenstown du 24 au 27 décembre pour ne pas passer noël dans le champs avec les moutons!