Bon choix, beau soleil, belle vie.

Bon choix d’avoir attendu une journée à Naseby car le lendemain nous profitons d’une journée magnifique pour rouler la Danseys pass toute de gravelle avec de superbes paysages très arides. Une de nos belles « ride de vélo ». Josée est de plus en plus forte, non seulement je ne peux pas la larguée mais elle a même monté la première côte en sortant de Naseby que j’ai poussé! Une journée sans réseau cellulaire et presque sans auto sur la route.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Danseys pass

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Déjà la descente.

En fin de journée nous arrivons au camping familiale après 50 km et tout près de 1000m de dénivelé positif. Petite discussion avec le proprio puis je paie la nuit et remarque qu’il vend quelques trucs comme des chips. Mmm j’en prend un sac et à la blague lui demande si il vend de la bière. « No I can not sale any but I can give you one! » Tien toé. Plusieurs campeurs nous interrogent, tous semblent plus ou moins se connaitre. Un seul feu en soirée pour tous. Une jeune fille nous vend des patates nouvelles. Mmm nous en aurons pour ce soir et demain midi. On les aime les Kiwis. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En route vers Dantroon et la trail Alps 2 ocean.

Le lendemain nous rejoignons la « Alps 2 Ocean » à Duntroon et prenons la direction du mont Cook, donc à l’inverse « Ocean 2 Alps ». Évidemment ça va monter plus! Les journées sont chaudes, jusqu’à 35’ et nous sommes heureux de nous baigner comme ce soir au lac Aviemore. Après il y a le barrage et la trail qui longe le lac Benmore. Ouff comme c’est beau mais pas facile. Beaucoup de montes descends en single track le long du lac, et il fait encore beau et chaud. L’eau est d’un bleu turquoise et d’une limpidité incroyable. Nous finirons à la « woolshed » avec près de 1000m de dénivelé positif. Nous y sommes seul, un beau site en bordure de ruisseau. Parfait pour un lavage sommaire. L’eau y est glacial et limpide. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est la nuit que choisira mon estomac pour me donner le haut le coeur toute la nuit. Au matin j’avale difficilement mes céréales et un café. J’ai les jambes molles. Départ pour une autre section en direction de Twizel. 

3C764C45-CC7C-4491-AA36-CAB68A85ACED

Départ en douceur.

Heureusement la piste est facile au départ dans la vallée avant de monter de plus en plus et d’être de plus en plus rocailleuse. Qui dit montée, dit effort et mon corps n’est pas d’accord, j’ai le coeur au bord des lèvres et je dois marcher les sections les plus abruptes et les plus rocailleuses. Nous parvenons au sommet et j’anticipe la descente si la surface est aussi rocheuse. Mais non c’est beaucoup plus roulant et nous allons bon train jusqu’à une petite forêt. Le reste ayant été sous le soleil.

7266000B-2034-481B-95B9-092DE79DD3FA

Un gars songeur.

C’est ici que nous croisons de nouveau nos amis de « la roue libre » qui monte en sens inverse de nous. ILs sont fort avec leurs tandems Pino. Nous poursuivons notre descente et optons pour un raccourci . Erreur! C’est en fait une piste de randonnée pédestre. Heureusement tout en descente. Arrive les escaliers et nous marchons au lieu de rouler. Trop dangereux. C’est là que mon vélo dérape moi aussi et les culbutes s’en suivent. Bing bang je déboule dix mètres plus bas en pente abrupte. Ouff rien de cassé. Pas de vidéo … dommage! Même les hanches artificiels ont tenu bon. Quelques centaines de mètres plus loin nous rejoignons la route. Pause, léger gouté pour Josée. Twizel où nous avons une réservation est encore a plus de 30 km. Mmm. Nous reprenons pour 5 km vent de face avec Josée en avant pour aider le malade. Il y a un petit lac et un DOC campsite avec toilette. Je rejoins le camping de Twizel au téléphone et la gentil jeune fille accepte de reporter notre réservation à demain. Je m’endors sous un arbre et me réveille plusieurs heures plus tard en frissonnant . Josée a tout préparé et elle a mangé. Moi je bois et me recouche au chaud sous la tente jusqu’à ce que j’ai besoin d’aller aux toilettes. Une cheville crampe en sortant de la tente et pour de longue minutes je pense bien que ça va sortir par les deux bouts crampe dans la tente. La crampe passe et Josée m’aide a me rendre, je marche comme un robot. Je me soulage, sans vomir. Retour à la tente, Tylénol nuit et dodo. Le lendemain matin j’ai faim, j’ai faim! Déshydratation, coup de chaleur, indigestion? Allez savoir? Deux heures et demi plus tard nous sommes à Twizel. Une bonne douche et repos. Nous sommes le 12 janvier. Jour où nous devions coucher au mont Cook. Ça attendra à demain même si il fait beau.

Le ciel est complètement bouché lors de notre départ le lendemain matin mais tout s’éclaircis en route le long du lac Pukaki nous laissant voir les montagnes autours dont le mont Cook (Aoraki). Tellement beau, émouvant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En route vers le mont Aoraki qui se dégage.

Nous sommes reconnaissant d’avoir cette chance. La vie est belle. Nous arrivons au camping après 70 km de montée graduelle avec toujours une magnifique vue sur les alpes Néo Zélandaises. Il n’est pas 15h. La météo est douteuse pour demain alors nous décidons de faire la randonnée de 10 km immédiatement puisqu’il fait beau. 3h de marche, trois ponts suspendus et une superbe vue sur le glacier et sur le mont Cook. Nous sommes comblé. Nous y passerons finalement trois nuits et il fera beau les trois jours! La dernière nuit nous dévoilera même la voie lactée et nous passerons quelques minutes, en pleine nuit, couché dans l’herbe, a contempler. Fait même pas froid. Nous y ferons aussi de petites randonnées dont une qui monte très à pic et nos cuisses et mollets nous rappellent que nous sommes supposé nous reposer! Nous visitons aussi le musée de Sir Edmund Hilary. Nous sommes au coeur de son terrain de jeux. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ed qui regarde le mont Cook ou plutôt le mont Aoraki.

Pour revenir par l’autre côté du lac nous aurions du prendre l’hélicoptère. Notre conscience écolo nous rebute à cette option alors le retour vers Twizel ce fera par le même chemin. C’est juste plus facile! En fin de journée nous dénichons un camping gratuit, encore sans douche, où nous passons une soirée des plus calme et nous aurons encore droit à la voie lactée. Demain, destination lac Tekapo et une douche. Parce que là là ça fait 5 jours. Comme dirait certain  « Ça commence a sentir le p’tit canard a patte cassé». Ça devait être une journée facile de 50 km le long de deux canaux. Erreur! Le vent se mit contre nous sur les 30 derniers km avec un soleil de plomb. Nous arrivons au camping brulé avec une moyenne de 11km/h. La bière aussi va être bonne! 

Mine de rien il nous reste moins de deux semaines avant notre départ pour l’Australie. 

8 commentaires sur “Bon choix, beau soleil, belle vie.

  1. Bravo à Josée qui devient de plus en plus forte, admiration pour ta ténacité! Vous vivez toute une aventure et les paysages sont vraiment magnifiques. Prenez soin de vous et continuez de vous amuser.

  2. Wow, merci pour ce partage et félicitations pour votre courage. Robert, pas hâte d’avoir ton âge. Vos photos sont magnifiques et donne le goût de partir. Pourquoi pas un recueil de vos aventures à votre retour?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s