Statistiques en Norvège 2022

Séjour total : 28 jours

Jours roulés :  18 jours

Jours de repos : 10 jours, dont 3 à Oslo et 5 à Bergen.

Distance totale : 1075  km

Moyenne de km par jour roulé :  60 km/jours

Vitesse moyenne : lente, environ 12 km/h à 20 km/h

Journée la plus longue en distance et en temps : 83 km le 9 juillet , 5:45h le 24 juin

Journée avec le plus de dénivelé positif : 1343 le 24 juin

Dénivelé positif total : 12446 mètres donc beaucoup !

Température : 10 jours de pluie et froid.

Crevaison : 0

Bris mécanique : 1, cassé la chaîne de gauche lors d’un saut de chaîne en montant.

Camping : 12 nuits

Camping sauvage : 10 nuits

Warmshowers : 1 sous la tente et à la pluie battante à Bergen.

Guesthouse : 5 en airbnb

Dépenses / jour : 107$/jour incluant le train

Conclusion : Ça coute cher, surtout quand il pleut.

Statistiques Pays-Bas, Allemagne, Danemark.

Séjour total : 21 jours

Jours roulés : 18 jours

Jours de repos : 3 jours

Distance totale : 1296 km,  (556 au Danemark,380 en Hollande,360 en Allemagne)

Moyenne de km par jour roulé : 72 km

Vitesse moyenne : lente, environ 15 à 19 km/h

Dénivelé positif total : 3750 mètres, donc très plat.

Température : 7 jours ou il y a eu de la pluie. Pas chaud.

Crevaison : 0

Bris mécanique : 0

Camping :  15 nuits

Camping sauvage :  2 nuits, une interrompue par la police, une en      Shelter au Danemark.

Bateau: 1 nuit de Frederiksharn à Oslo

Warmshowers : 3 nuits avec 1 hôte.

Guesthouse : 0

Dépenses / jour : 61,67$ can

Dernière chronique de Norvège

Sortie côté Est vers la Suède en trois jours depuis Lillehammer par lacs et montagnes plutôt arrondies.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sortie de Lillehammer

Divers petites choses, comme :

Le meilleur endroit pour trouver de l’eau potable gratuitement. Les cimetières. Tout comme au Danemark d’ailleurs . Les gens fleurissent les pierres tombales de leurs proches, il y a tout ce qu’il faut, surtout un robinet d’eau. Parfois même des toilettes.

Tout est fermé le dimanche , tout sauf les stations d’essence. 

Probablement le pays où il y a le plus d’auto électrique mais aussi très peu de vélo électrique!

Les tondeuses à gazon sont électriques et fonctionne seul. Elles retournent même à la station de recharge au besoin. Aucun bruit. Husqvarna comme au Québec.Il y en a vraiment beaucoup, dans les parcs, terrains de soccer, écoles, fermes et plus.

Il y a des orignaux comme au Québec et de la neige à 1000 mètres d’altitude à la fin juin.

Nous n’avons jamais eu trop chaud dans nos gros sacs de couchage. 

L’école est gratuite pour tous même pour l’université, sauf le logement évidemment. Et lui il est cher, comme le reste en Norvège. Le cout de la vie est très élevé. D’ailleurs la retraite ne se prend qu’à 67 ans, même dans la fonction publique.  

La bière est en vente libre à l’épicerie et dans les boutiques d’alcool point. Pas de vin ni de boisson forte à l’épicerie. Rien au camping ou au dépanneur ou à la station service. Résultat, notre consommation d’alcool est à la baisse. Le cidre, en vente à l’épicerie, est particulièrement bon. Nous sommes d’ailleurs passé dans la région de production de pommes et de cerises le long de la 550 qui longe le fiord sorfjorden.

L’épicerie coute très cher et il y a 15% de taxe sur la nourriture, le reste est taxé à 25%. Tien toé.

Aucun pourboire et tout se paye par carte de crédit ou transfert bancaire. Très peu d’argent en circulation. Même les toilettes sont payantes et il faut payer par carte de crédit !

Les salaires sont très élevés, heureusement ! 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Belle maison de ferme Norvégienne typique avec le grenier à grain souvent transformé en maisonnette.

Pour terminer, nous avons quitté la Norvège pour la Suède plus rapidement que prévu, la météo étant le principal facteur. Pour ceux qui ne nous connaisse pas vraiment, toute notre vie professionnelle a été dicté par la température, nous avons conclus que nous n’avions pas à subir cela durant nos voyages. Surtout à vélo. Pluie et vieux cyclistes ne font pas bon ménage surtout en camping. Plusieurs caravaniers ont aussi quitté la Norvège pour les mêmes raisons. La Norvège demeure un pays magnifique pour ces paysages. Concernant les norvégiens, ils sont timides et distants, pas eu vraiment la chance de partager la vie norvégienne sauf lors de notre retour en train vers Oslo, une gentille dame nous a patiemment expliqué certaines choses de la vie en Norvège en français !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avant dernier camping sauvage chez l’habitant, avec permission des propriétaires.

Statistique à suivre… un jour.

Retour sur la route de Roldal à Bergen

Une super balade de cinq jours.

Nous avions peur de ne pas nous rendre à Odda depuis Roldal parce que ça monte encore de 850m. En 50 km mais toute la montée se fait dans les 12,5 premiers km sous un petit crachin tout en lacets. En haut à 1080 mètres d’altitude entouré de neige nous étions bien fier d’avoir tout monté sans descendre du tandem. Petite victoire.

B1C66F53-9BF1-4166-8384-B41D407868C4_1_201_a

Puis les journées se suivent en beauté. La route 550 particulièrement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La vue du camping sauvage au bord de la mer suite à un refus dans un vrai camping. 

Rechercher le soleil, changement de plan, encore !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bergen

Bergen, la ville la mieux desservit par la pluie, en Europe. 300 jours de pluie par année, ça laisse pas beaucoup de jours pour sécher ! Bref nous avons eu une belle météo pour rouler de Oslo à Bergen. C’est là que ça se gâte. Depuis une semaine que nous regardons les prévisions météo pour la route de Bergen à Trondheim et rien ne change. Pluie mur à mur pour les deux semaines à venir. Décidément les côtes ouest ne nous aiment pas. Nous prenons quelques jours de repos au sec après une nuit de déluge, toujours à Bergen. Nos corps et nos morals en ont bien besoin. Nous échafaudons divers plans pour finir par prendre le train et retourner à Oslo où il fait beau. Deux semaines de pluie s’avère trop pour notre joie de vivre.

0587F3CF-510A-4AC3-BAFC-662C8E74E543

Le trajet de train est réputé pour être un des plus beau au monde. Mais sous la pluie ! 

Notre nouvelle route nous mènera de Oslo à Lillehammer sous le soleil. Yes. Et c’est beau mais très différent. Une belle rencontre avec Héléna, une jeune cycliste française et beaucoup de camping sauvage. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avec Méléna en camping sauvage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur la route vers Lillehammer

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La campagne avec les granges rouge Norvège.Disons qu’à Lillehammer la douche et le lavage de linge étaient un impératif.  Cette nouvel itinéraire nous permettra de rouler en Suède et même de nous rendre à Stockholm avant de rejoindre Copenhagen à vélo. Si rien ne change 😉 

 

Info Norvège. Tunnels et traversiers.

Les traversiers sont gratuits pour les cyclistes et leurs montures. Nous avons été joyeusement surpris lors de notre premier traversier en apprenant que c’était gratuit.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Traversier gratuit pour cyclistes.

Bonne nouvelle, on aime ça. Il faut faire distinction entre traversier courte distance, comme pour franchir un fjord ou rejoindre une île (gratuit) et longue distance, croisière ou speed boat tous payant et souvent complet. À Bergen, les speed boat et même les traversiers longue distance qui pourrait nous porter vers le nord sont soit hors de prix ou simplement complets. La reprise touristique est très forte et l’offre a diminué suite à la Covid. La haute saison ne fait que débuter. Les îles Lofoten sont pris d’assaut par les touristes !

Les tunnels sont très abondants et présent sur presque toutes les routes. Heureusement il y a des voies de contournements qui mène à des sommets spectaculaires et des routes où le cycliste est seul ou presque. Les applications de navigation reconnaissent aussi les tunnels et les évitent généralement. Un site fort complet répertorie tout les tunnels et indique comment passer et si le tunnel est interdit aux cyclistes. Dans le meilleur des cas il y a une route de contournement juste à côté.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tunnel avec voie de contournement.

Parfois les détours sont long ou certaines routes inaccessibles à vélo. Il nous aura fallu 2 jours de travail pour préparer notre route de Bergen à Trondheim et faire certains compromis ! Heureusement nous étions au sec car il pleut beaucoup à Bergen. La ville la plus pluvieuse d’Europe.

https://www.cycletourer.co.uk/maps/tunnelmap.shtml

Ils ont même des tunnels sous les glaciers !

Sortir de Oslo vers Roldal

Namasté ou béni des Dieux. C’est comme vous voulez mais l’autre jour on a été béni. Après une nuit en camping sauvage en pleine montagne, la pluie s’annonce et c’est sous la pluie que nos premiers besoins naturels se font. Nous partons pour une descente de 6 km vers le village le plus près. Il pleut toujours. Au garage Esso nous prenons un café, la pluie cesse, il est 9 heure. Pronostique, pluie toute la journée, quatre tunnels en vue et plus de 800 mètres de dénivelé positif . On se prépare pour le pire. Nous repartons sous les nuages chargés mais nous serons béni car nous n’aurons pas de pluie. Nous aurons les 819 mètres de montée. Les tunnels … ben là ! Le premier est en réparation mais nous sommes seul sur la vieille route d’évitement. Un pur bonheur !

Du pur bonheur

 Le deuxième, nous avons du partager la voie étroite d’évitement avec les autos sur 6 km, c’est moins bucolique ! Le troisième n’était pas long et même si ma co-pilote tremblait nous avons passé rapidement, sans auto, car ils arrivent par groupe vu les travaux. Le quatrième nous est apparu sans prévenir. Stop. Vérification. On ne peu pas passer là, ça descend en lasso, pas d’accotement, on a manqué la route de contournement.

La dernière descente avant Roldal

Retour sur nos pas pour descendre en lacet par la petite route d’évitement tout ce qu’on avait monté et arriver à Roldal prendre un camping, avec douche. Certaine descente étaient grisante, je chantais « I want to fly like an Eagle, let the spirit cary me » mais j’ai pas lâché le guidon ! Les montagnes environnantes, enneigés et les eaux turquoises sont splendides. Les photos ne rendent pas justice au décor. 

Avec tout ça on n’a pas parlé de la sortie de Oslo ! Sortir d’une grande ville, même avec de belles pistes cyclables, est toujours laborieux et dans ce cas-ci pentu au point de pousser le tandem pour nous rendre à Drammen au calme au bord de l’eau dans un camping trois fois moins cher qu’à Oslo. Le lendemain nous trouvons le plus beau spot de camping sauvage au bord d’un lac après une superbe journée. Les journées se suivent en beauté.

La vue d’un de nos camping sauvage


Camping en montagne

Le long du lac Leisjordvatnet sur la 3328 fut particulièrement beau puis arriva le 24 juin. Ce fut la fête si on veut ! Sans le savoir d’avance nous devons monter 24 km  avec … 744 mètres de dénivelé positif et la journée se finira avec 74 km et 1343m de D+.

Après 24 km le 24 juin.

Je pense que c’est là que Josée a dit « en tout cas après la Norvège on va être bon dans les côtes ». Une journée de repos à Roldal, faut ben se laver et se reposer !