Amsterdam, Police, Covid-19

Ben oui, ben oui et ben oui ! 

Ben oui nous avons roulé les pistes cyclables d’Amsterdam, chargé et sans bagage.

Ben oui nous nous sommes fait réveillé à 10h du soir par deux policiers en pleine forêt.

Ben oui la Covid-19 nous a rattrapé ! 

Nous quittâmes Newcastle sous la bruine sur une piste cyclable qui longe le Tyme jusqu’au bateau. Chanceux nous sommes seul dans notre cabine pour la traversée de nuit. L’arrivée se fait à moins de 15 km d’Amsterdam. Comme nous traverserons la ville au complet il nous faudra 47 km pour rejoindre le camping où nous passerons deux nuits.

E65BC679-B3F5-4837-A3F3-7A1DFAF30960_1_201_a

Camping à Amsterdam

En plus de la traversée nous y retournerons le lendemain pour suivre la rivière Amstel et de nombreux canaux. Au Pas Bas la question n’est pas de savoir si il y a une piste cyclable mais bien de savoir laquelle prendre ! Le froid et la grisaille nous ont suivit. Il parait que c’est très anormal ce froid. Dire que mars, avril et mai furent trop sec pour les agriculteurs ! Amsterdam comble nos regards comme ceux de milliers d’autres touristes. La ville est inondé de touristes et de vélos.

Sortir d’Amsterdam est chose aisé, peu importe la route choisit il y aura une piste cyclable. C’est donc à travers villages, champs et forêts que nous roulons vers l’Est, vers l’Allemagne. Après 80 km, même sur un parcours plat la fatigue nous gagne. Faut dire qu’il a venté beaucoup. Comme nous sommes en pleine forêt avec personne autour, nous décidons de camper sauvage à distance le la piste sachant que c’est interdit. Mais sérieux il est passé 18h, personne ne nous verra.

800FE905-514C-406E-8792-69B8AF54681B_1_201_a

Camping sauvage avant l’arrivée des policiers.

En plus le camping risque bien d’être fermé. Ben il faut croire qu’on nous a vu, parce qu’a 10h alors que nous dormions, deux policiers nous demandent de sortir de la tente. En ouvrant, je vois la taille des deux gars avec les menottes et les armes à la ceinture. Intimidant. Ils nous informe que c’est illégale de camper au Pays Bas et qu’il y a une amande de 100€ de prévu. Nos passeports sont inspectés, je joue l’innocent qui ne sait pas. Celui qui parle un peu d’anglais est plutôt « sympathique ». Ça marche pour l’amande que nous n’aurons pas mais nous devons quitter MAINTENANT et nous rendre à l’hôtel ou dans un camping. Je leur suggère celui que nous ciblions au départ. OK. ILs quittent, nous aussi et roulons seul sous la pénombre jusqu’à 11:30 où à la sortie du boisé Josée remarque des roulottes. Stop, c’est bien un camping et il n’y a personne à la ronde. Nous montons le campement et tentons sans grand succès de dormir. Avec le rush d’adrénaline, rien à faire. Le lendemain comme la pluie débute nous paquetons rapidement pour nous réfugier sous un toit du camping lorsque le gardien nous voit. Surprise ! Il dit qu’on aurait du téléphoner, même à 11:30 et demande si nous quittons ? Oui oui juste le temps de déjeuner et on va vous payer pour la nuit. Pas besoin de payer mais c’est mieux si vous partez MAINTENANT. OK. Le village est encore à quelques km et nous arrivons à son réveil. Nous déjeunons au parc avec deux cafés acheté à la boulangerie qui vient d’ouvrir. C’en est donc fini pour le camping sauvage d’ici la Norvège où c’est permit !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ha les beaux toits de chaume.

Un « camping nature » est ciblé pour ce soir. Nous roulons  encore agréablement à travers champs et villages sous une toux de plus en plus présente chez Josée. Au camping la dame nous informe que c’est fermé mais comme nous sommes à vélo elle nous accepte quand même. Ouff parce que tsé le camping sauvage en fin de journée là ! L’endroit est parfait avec douche chaude et cuisine extérieur à notre disposition. C’est là que Josée passe un test Covid … positif. Nous choisissons un immense arbre pour veiller sur nous cette nuit. Après 80 km et une nuit de « marde » nous dormons bien. C’est pas toute ça, nous avons rendez-vous avec Arthur notre hôte Warmshowers pour demain. On fait quoi avec lui ? Nous l’informons de la chose et convenons de passer un test Covid chez lui en fin de journée. Il y a un camping à 5 minutes de chez lui si jamais il préfère que nous quittions. Le test est positif mais Athur insiste pour que nous restions. Nous coucherons dans la roulotte de gitan sur son terrain et utiliserons les toilettes et douches extérieur.

Mais nous mangeons avec lui un repas formidable. Au Pays Bas, la Covid est maintenant vu comme une grippe sans besoin de s’isoler et il n’y a bien que Josée qui porte son masque. Nous y passerons trois nuits finalement parce que Robert a mal partout la troisième journée ! Nous ne pouvions mieux tomber, Arthur est végétarien, horticulteur et travailleur social tout en étant impliqué en politique. Nos soirées serons très intéressante et nous ferons même un peu de sarclage dans son jardin. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une race de mouton sauvé il y a quelques années.

14 commentaires sur “Amsterdam, Police, Covid-19

  1. Ah! ben! Comme tu dis, rien de facile! Prompt rétablissement à Josée et on ne peut que vous souhaiter une meilleure météo et des aventures avec ‘rush’ d’adrénaline plus agréable!

  2. La pluie, le froid, la police et le COVID, pas tout ça dans le même voyage, juste dans la même semaine, ouf!
    Sauf la bronchite de Hélène, Nous sommes plus chanceux que vous à date. Bonne continuation, le meilleur est devant vous!
    Normand et Helene

  3. Salut. Vous êtes rayonnant malgré vos imprévus désagréables.
    Que la force soit avec vous…!
    Bonne route
    À la prochaine lecture xx

Répondre à Jean Philippe Annuler la réponse

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s