Trail, bris, hospitalité tome 2

Samedi 19 novembre 2022

Nous sommes au sec chez Mike et Libby, c’est le temps d’écrire et de sécher!

Depuis notre départ de Tauranga nous roulons encore sur des petites routes ou sur les « Great rides ». Au début nous sommes dans la région des avocats (qui sont prêt) et des kiwis (le fruit). Bon les kiwis sont grosseur raisin, soyons patient. Puis c’est Rotorua qui enivre  nos narines de souffre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Rotorua

La région des eaux thermals nous emmène jusqu’à un petit camping qui inclus des bains à 39’ et plus. Ça relax le cycliste! Pour nous rendre à la Waikite Valley Hot Pools nous avons suivit la Great ride Te Ara Ahi. Ouff pas notre plus belle journée sur la route.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’eau arrive à 100′ sans senteur. Elle est refroidit avant d’arriver aux piscines.

034DCD9A-694F-4BBB-A85F-2833AE290179

Deux vieux dans l’eau chaude!

Le lendemain par contre ce fut 63 km de bonheur sur de petites routes de campagne en avant midi avant de rejoindre la Waikato river trail. Une belle trail en single track qui nous mène à un camping gratuit avec douche chaude gratuite. Merci « Lake Whakamara reserve ». En prime la vue est belle!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 16 nous voilà en route vers Pureora et le début de la fameuse Timber Trail. En 41 km nous aurons 826m de dénivelé positif. Les premiers 15 km sont en montée constante et on grimpe d’environ 500m. Avec tout nos bagages disons que ça impressionne les autres cyclistes. 50% sont avec des vélos à assistance électrique, les autres roulent légés et font transporter leurs bagages. Enfin la forêt est magique, envoutante et humide à souhait.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur la Timber Trail, ça monte!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et que dire des ponts suspendus

Arrivé au camping nous avons juste le temps de monter la tente avant le déluge de la soirée. Un petit shelter avec table nous est fort utile pour cuisiner et vérifier les vélos. C’est là que ça se complique. Le support à bagage arrière de Robert est cassé. Nous sommes dans le Bush sans même de réseau cellulaire et à mi-chemin  (40km) de tout. Je fixe du mieux possible avec des ti-wrap et du tape mais tout le poids des bagages, le doute persiste. Demain nous avons le choix entre continuer sur la trail ou de prendre les petites routes. Nous hésiterons jusqu’au départ sous un ciel dégagé. Prendre la trail (bien boueuse) = si ça casse, pas d’aide possible. Prendre la route = on peut probablement demander de l’aide. Sagesse oblige, nous prenons la route. C’est là que la bonté des Kiwis se manifeste, encore. Vhong arrive derrière nous avec la camionnette de la « Timber trail shuttle ». Comme nous restons au beau milieu de la route, il nous demande si tout va bien. Ben non, le rack pis toute. « Ok I can take your pannier to our office 40 km away and we will see if we can find a welder on this Friday afternoon . » Fine lets do it. Alors on roule le vélo légé avec seulement nos sacoches avant pour la bouffe pis toute. À midi nous sommes à la fin de la track au bureau en question. Là tout le monde est au courant. Mike nous prend en charge après constat du bris. Téléphone en ville (25km plus loin) au tool shed pour voir si c’est possible. Nous mangeons une bouché et finalement nous embarquons avec Mike et la patronne dans une camionnette avec remorque pour vélos jusqu’à la shop. Là bas en moins d’une heure tout est réparé, merci Lee.

Pendant ce temps ils nous demandent tous où on va coucher ce soir? On ne sait pas trop, tsé c’était pas la priorité. Bon il y a un Holliday park en ville, me dit la patronne. Good on ira là. Mais pendant ce temps la blonde à Mike arrive pour chercher Mike à la shop. Il revient nous voir et nous offre l’hospitalité chez lui à la ferme une douzaine de km plus loin. Comment dire non à un jeune homme fringant de 76 ans. Après avoir remonté le rack et les bagages nous repartons à vélo sous la pluie vers l’épicerie puis chez nos anges. Libby (72 ans) nous accueil à bras ouvert, la chambre est prête et les serviettes sont disposés sur nos lits. Elle sait bien que nous avons besoin d’une douche. Comme nous sommes vendredi. Pas de viande. Ce sera des fish’n ship et de la bière. Woohoo malgré notre fatigue nous passons une magnifique soirée a discuter. « You can stay tomorrow we will be out for a horse ride all day, just help yourself » Comment dire non. Nous nous occuperons des quatre chiens.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La maison de nos anges. Mike et Libby.

Repos alors dans une maison de ferme entouré de rosiers. Nous aurons le temps de sécher, la tente aussi! Nous comprenons de mieux en mieux la météo. Printemps maritime égale pluies fréquentes, surtout en fin de journée. Partir tôt pour arriver avant la pluie de fin d’après-midi et monter la tente pour quelle sèche avant la pluie! Demain une autre trail, la Forgotten World Highway pour trois jours. IL y avait bien la Mountain to sea qui va plus au sud, mais elle est inondé ! Prochain volcan en vue, l’Egmont. Un cône parfait y parait. Le temps d’écrire ces lignes, plusieurs averses seront entrecoupés de soleil. Les rosiers aiment ça, les cyclistes un peu moins. On peut pas tout avoir!

Welcome to New Zealand

Nos vols d’avion ce sont bien passé et tout nos bagages étaient déjà arrivées à notre sortie de la douane. La fouille sanitaire c’est bien passé. Nous avions bien fait nos devoirs de tout laver. Nous avons eu des compliments. A tout hazard nous avons demandé si les repas commercials déshydratés auraient pu être amené, probablement que non. Ils auraient vérifié la liste des ingrédients et comme ils sont très strictes, l’enveloppe aurait été rejeté. Mais après un long trajet d’avion, plus de 20h de vol et un transfert de 5 h, c’est tout de même un peu bizarre de perdre une journée en route ! 

Huit jours que la nouvelle Zélande nous accueil (c’est le cas de le dire). Trois rencontres warm showers déjà. D’abord chez Mark et sa famille à Auckland pour deux jours. Mark est même venu nous rencontrer sur la route pour allez chez lui et à notre départ il nous a accompagné pour sortir de la ville. Beaucoup de discussions sur les trajets possibles. Puis chez Maria où nous avons surtout parlé de politique et bien mangé, évidemment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous sommes maintenant accueilli chez Philip et sa famille à Tauranga pour deux nuits. Heureusement car aujourd’hui c’est le déluge avec un très fort vent. Une vraie chambre avec un grand lit, ça fait changement ! Beaucoup de discussions sportives et encore de l’aide pour la route à suivre. Une belle famille incluant « Grandma », adorable. De trois nuits en camping, seulement une demanda un déboursé de 10$. Bien sur il n’y a pas de service, sauf une fois où nous pouvions prendre une douche, froide et vivifiante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le long de la mer, la baie de Thames


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Paysage montagneux

Jusqu’à maintenant la route ou les trails se roulent bien, mais ce n’est qu’un début. Josée apprivoise sa monture avec les quatre sacs. Depuis Auckland nous roulons principalement vers le sud et presque exclusivement sur des pistes cyclables avec pas mal de bonnes montées pour nous tester. Déjà près de 400 km !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur la rail trail, un long pont et un très long tunnel

Novembre égale printemps et de multiples floraisons. Tout est si vert et si fleurit, un vrai délice pour les yeux. Les bords de routes enivrent nos narines d’odeurs floraux d’orangé, chèvrefeuille, jasmin… Puis il y a les oiseaux qui chantent presqu’en tout temps le long des sentiers.  

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est le printemps